Jusqu'ici, la société Luminus s'est toujours présentée seule à la tête de ce projet. Mais l'énergéticien ne compte, en réalité, pas investir en solo dans la centrale serésienne. Luminus a fait appel à un fonds international (DIF), qui a besoin d'investisseurs publics à ses côtés. Les intercommunales Enodia (via sa filiale Nethys) et la flamande EFIN ont dès lors été invitées à participer.

Le choix de ces deux structures publiques n'est pas dû au hasard: elles détiennent déjà, indirectement, des parts dans la société Luminus.

Nethys, EFIN et DIF doivent créer, ensemble, une nouvelle holding, dans laquelle il leur est demandé d'injecter respectivement 21,9 et 64 millions, soit un total de 94 millions de fonds propres. Cela permettra de lever plus de 500 millions auprès des banques et de prêter le tout à la nouvelle centrale en projet, pour financer sa construction. De son côté, Luminus n'injectera "que" 95 millions dans le projet.

Ce mercredi, le projet était sur la table de l'intercommunale Enodia, qui devait approuver l'investissement de 21 millions d'euros. Le projet a reçu le feu vert du conseil d'administration par cinq votes (PS et Ecolo) contre quatre (MR et PTB).

Jusqu'ici, la société Luminus s'est toujours présentée seule à la tête de ce projet. Mais l'énergéticien ne compte, en réalité, pas investir en solo dans la centrale serésienne. Luminus a fait appel à un fonds international (DIF), qui a besoin d'investisseurs publics à ses côtés. Les intercommunales Enodia (via sa filiale Nethys) et la flamande EFIN ont dès lors été invitées à participer. Le choix de ces deux structures publiques n'est pas dû au hasard: elles détiennent déjà, indirectement, des parts dans la société Luminus. Nethys, EFIN et DIF doivent créer, ensemble, une nouvelle holding, dans laquelle il leur est demandé d'injecter respectivement 21,9 et 64 millions, soit un total de 94 millions de fonds propres. Cela permettra de lever plus de 500 millions auprès des banques et de prêter le tout à la nouvelle centrale en projet, pour financer sa construction. De son côté, Luminus n'injectera "que" 95 millions dans le projet. Ce mercredi, le projet était sur la table de l'intercommunale Enodia, qui devait approuver l'investissement de 21 millions d'euros. Le projet a reçu le feu vert du conseil d'administration par cinq votes (PS et Ecolo) contre quatre (MR et PTB).