"Monsieur Jourdain, comme d'autres investisseurs potentiels, a manifesté un intérêt relatif à ce dossier il y a quelques mois, mais cette marque d'intérêt n'a donné lieu à aucune suite concrète", a réagi l'entreprise par communiqué.

Le quotidien économique affirmait que les responsables de Nethys avaient mis la pression sur Stéphan Jourdain afin de le pousser à acheter L'Avenir avant le 15 août, en avançant que les groupes de presse Rossel et IPM étaient également intéressés, ce qu'ils démentent catégoriquement.

Stéphan Jourdain avait tenté de se porter acquéreur de L'Avenir il y a un an, mais les contacts n'avaient pas abouti, selon L'Echo.