Dans une adresse vidéo en direct de Kiev à des milliers de personnes massées devant le Parlement suisse à Berne, M. Zelensky a pressé samedi les entreprises suisses, notamment Nestlé, d'interrompre leurs activités en Russie.

"Les affaires marchent en Russie même quand nos enfants meurent et nos villes sont démolies" et quand les habitants de Marioupol, ville ukrainienne assiégée, sont "sans nourriture, sans eau, sans électricité et sous les bombardements", a-t-il fustigé, rappelant le slogan de la multinationale, "Bien manger, bien vivre".

Une porte-parole de Nestlé a affirmé dimanche que beaucoup d'activités de la société étaient ralenties en Russie depuis l'invasion de l'Ukraine ordonnée par le Kremlin le 24 février.

"Nous avons fortement réduit nos activités en Russie. Nous y avons suspendu toutes les importations et les exportations, sauf pour les produits vitaux. Nous y avons stoppé tous nos investissements et y avons cessé toutes nos activités publicitaires", a-t-elle déclaré.

"Nous ne réalisons aucun bénéfice avec nos activités restantes en Russie. Le fait que nous fournissions des denrées alimentaires essentielles à la population, comme d'autres entreprises du secteur alimentaire, ne signifie pas que nous continuons simplement nos activités comme avant", a-t-elle ajouté.

Le 11 mars, Nestlé avait annoncé la suspension des livraisons de certains produits à la Russie, dont le café Nespresso. Mais certains produits essentiels comme la nourriture pour bébé et les céréales continuent d'être livrés.

"Nous faisons tout ce qui est possible en Ukraine et dans les pays voisins pour aider à atténuer cette catastrophe humanitaire", a encore assuré la porte-parole.

Selon elle, "nos collègues en Ukraine font tout ce qu'ils peuvent pour aider la population avec des dons de nourriture. Nous sommes l'une des rares entreprises du secteur alimentaire encore actives en Ukraine et nous parvenons à distribuer de la nourriture, parfois même à Kharkiv", grande ville du Nord-Ouest ukrainien bombardée sans relâche par les forces russes.

Dans une adresse vidéo en direct de Kiev à des milliers de personnes massées devant le Parlement suisse à Berne, M. Zelensky a pressé samedi les entreprises suisses, notamment Nestlé, d'interrompre leurs activités en Russie."Les affaires marchent en Russie même quand nos enfants meurent et nos villes sont démolies" et quand les habitants de Marioupol, ville ukrainienne assiégée, sont "sans nourriture, sans eau, sans électricité et sous les bombardements", a-t-il fustigé, rappelant le slogan de la multinationale, "Bien manger, bien vivre".Une porte-parole de Nestlé a affirmé dimanche que beaucoup d'activités de la société étaient ralenties en Russie depuis l'invasion de l'Ukraine ordonnée par le Kremlin le 24 février."Nous avons fortement réduit nos activités en Russie. Nous y avons suspendu toutes les importations et les exportations, sauf pour les produits vitaux. Nous y avons stoppé tous nos investissements et y avons cessé toutes nos activités publicitaires", a-t-elle déclaré."Nous ne réalisons aucun bénéfice avec nos activités restantes en Russie. Le fait que nous fournissions des denrées alimentaires essentielles à la population, comme d'autres entreprises du secteur alimentaire, ne signifie pas que nous continuons simplement nos activités comme avant", a-t-elle ajouté.Le 11 mars, Nestlé avait annoncé la suspension des livraisons de certains produits à la Russie, dont le café Nespresso. Mais certains produits essentiels comme la nourriture pour bébé et les céréales continuent d'être livrés."Nous faisons tout ce qui est possible en Ukraine et dans les pays voisins pour aider à atténuer cette catastrophe humanitaire", a encore assuré la porte-parole.Selon elle, "nos collègues en Ukraine font tout ce qu'ils peuvent pour aider la population avec des dons de nourriture. Nous sommes l'une des rares entreprises du secteur alimentaire encore actives en Ukraine et nous parvenons à distribuer de la nourriture, parfois même à Kharkiv", grande ville du Nord-Ouest ukrainien bombardée sans relâche par les forces russes.