Comme les prix sont nettement plus intéressants en juin qu'en juillet, de nombreuses familles partent en voyage durant les "jours blancs", cette période après les examens où les enfants sont encore censés aller à l'école. Bien qu'il ne s'agisse pas de véritables certificats médicaux, les généralistes désapprouvent la campagne publicitaire en la qualifiant de "banalisation du certificat médical".

Les réseaux de l'enseignement flamand, qui s'efforcent de convaincre les parents d'envoyer leurs enfants à l'école jusqu'au 30 juin compris, ont condamné l'action. Pascal Smet (sp.a), le ministre flamand de l'Enseignement, est furieux et envisage des poursuites judiciaires à l'encontre du voyagiste Neckermann : "Nous tentons de résoudre ce problème depuis des années avec les réseaux de l'enseignement, les syndicats et le secteur touristique" a-t-il déclaré dans Het Laatste Nieuws. "Et maintenant ces efforts sont minés par un coup publicitaire de mauvais goût".

Koen Van den Bosch, le porte-parole de Neckermann, qui ne s'attendait pas une telle polémique, déclare que "les enfants ne font plus rien à l'école à la fin de l'année scolaire ou qu'ils peuvent rester chez eux. Alors, autant partir en vacances en famille".

Suite aux protestations du monde médical et de l'enseignement, Neckermann a finalement décidé d'interrompre sa campagne. Le tour opérateur regrette que "certains n'aient pas compris le caractère ludique de l'action.

CB

Comme les prix sont nettement plus intéressants en juin qu'en juillet, de nombreuses familles partent en voyage durant les "jours blancs", cette période après les examens où les enfants sont encore censés aller à l'école. Bien qu'il ne s'agisse pas de véritables certificats médicaux, les généralistes désapprouvent la campagne publicitaire en la qualifiant de "banalisation du certificat médical". Les réseaux de l'enseignement flamand, qui s'efforcent de convaincre les parents d'envoyer leurs enfants à l'école jusqu'au 30 juin compris, ont condamné l'action. Pascal Smet (sp.a), le ministre flamand de l'Enseignement, est furieux et envisage des poursuites judiciaires à l'encontre du voyagiste Neckermann : "Nous tentons de résoudre ce problème depuis des années avec les réseaux de l'enseignement, les syndicats et le secteur touristique" a-t-il déclaré dans Het Laatste Nieuws. "Et maintenant ces efforts sont minés par un coup publicitaire de mauvais goût". Koen Van den Bosch, le porte-parole de Neckermann, qui ne s'attendait pas une telle polémique, déclare que "les enfants ne font plus rien à l'école à la fin de l'année scolaire ou qu'ils peuvent rester chez eux. Alors, autant partir en vacances en famille". Suite aux protestations du monde médical et de l'enseignement, Neckermann a finalement décidé d'interrompre sa campagne. Le tour opérateur regrette que "certains n'aient pas compris le caractère ludique de l'action. CB