D'Ieteren acquiert, dans une première phase, 41% de Moleskine, à l'actionnaire de référence Syntegra Capital Investors (35%) et à Index Ventures (7%). L'hiver prochain, une offre de reprise devrait suivre sur le restant des actions. Le groupe automobile paie 2,4 euros par action. Cela valorise Moleskine à 509 millions d'euros, soit dix-huit fois le bénéfice net de l'an dernier. Par là même, D'Ieteren acquiert une entreprise à croissance rapide, qui a vu ses bénéfices augmenter au cours des dernières années.
...

D'Ieteren acquiert, dans une première phase, 41% de Moleskine, à l'actionnaire de référence Syntegra Capital Investors (35%) et à Index Ventures (7%). L'hiver prochain, une offre de reprise devrait suivre sur le restant des actions. Le groupe automobile paie 2,4 euros par action. Cela valorise Moleskine à 509 millions d'euros, soit dix-huit fois le bénéfice net de l'an dernier. Par là même, D'Ieteren acquiert une entreprise à croissance rapide, qui a vu ses bénéfices augmenter au cours des dernières années.Les actionnaires de D'Ieteren ne le comprennent pas. L'action du groupe automobile a faibli jusqu'à 5% de moins vendredi, alors que l'action Moleskine cotait à 2,44 euros à la bourse de Milan, donc plus que l'offre de D'Ieteren. Vraisemblablement, l'investisseur s'attend à ce que D'Ieteren offre encore plus.D'Ieteren est, depuis des années déjà, assis sur une montagne de cash de plus de 200 millions d'euros. Ce qui serait fait de cet argent est longtemps resté un mystère. On s'attendait tout de même à ce que le groupe automobile reste dans le cadre de ses activités. L'entreprise est l'importateur de voitures du groupe Volkswagen en Belgique et le propriétaire du réparateur de vitres Carglass (Belron). Une synergie avec les carnets de notes de Moleskine, il n'y en a donc pas, mais le CEO Axel Miller se réjouit de l'acquisition d'une société rentable, génératrice de beaucoup de cash.Moleskine est à l'origine une société française, du nom de la famille fondatrice de Tours. Des noms illustres comme Pablo Picasso, Ernest Hemingway ou Vincent Van Gogh ont utilisé ses carnets de notes, mais après cette période glorieuse, l'étoile de Moleskine a perdu de son éclat. Jusqu'à ce que le petit éditeur italien Modo & Modo insuffle une nouvelle vie à la marque en 1997. Une histoire marketing a été développée autour des utilisateurs célèbres et soudain, Moleskine est devenu synonyme de finesse, authenticité, voyages aventureux, etc. D'un produit plutôt banal - un carnet de notes - l'éditeur a créé un véritable objet à avoir, essentiel pour le développement de l'identité personnelle.En 2006, le fonds d'investissement Syntegra Investors a pris une participation de contrôle dans l'entreprise de Milan. 17 millions d'euros furent mis sur la table pour cet investissement. Aux commandes, on a vu arriver le CEO Arrigo Berni, avec un parcours personnel auprès de machines marketing comme Procter & Gamble et Bulgari. Syntegra Capital Investors a également veillé à la poursuite de la croissance de l'entreprise. Le fonds d'investissement a aussi une participation dans Gevers en Belgique, un spécialiste en propriété intellectuelle.Moleskine a poursuivi sur son élan. Des éditions spéciales ont vu le jour, autour de Star Wars ou Toy Story par exemple. La gamme de produits s'est étendue aux carnets de notes digitaux (avec notamment un stylo intelligent qui convertit d'emblée les notes en digital), aux cartables, lunettes de soleil, lampes de lecture, matériel pour écrire et aux agendas.Moleskine a aussi très rapidement élargi son réseau de distribution. Le nombre de magasins propres a augmenté, de 9 en 2013 à 65 fin juin 2016. Moleskine a des magasins en Chine, en Italie, aux États-Unis, en France, en Allemagne, au Royaume-Uni et en Corée du Sud. Ces magasins propres génèrent un bon septième du chiffre d'affaires. La marque est également vendue dans des librairies, papeteries et dans des magasins plus exclusifs comme Kaufhof ou Galerie Lafayette. Tout cela résulte en une solide croissance du chiffre d'affaires et du bénéfice (voir tableau). En 2006, lors de l'acquisition par Syntegra Capital Investors, le chiffre d'affaires s'élevait à 20 millions d'euros, pour un ebitda de 8 millions d'euros. L'an dernier, le chiffre d'affaires était de 128 millions d'euros, pour un ebitda de 40 millions.(1) Chiffres pour le premier semestre. La majeure partie du chiffre d'affaires annuel est réalisée pendant les fêtes de fin d'année.© TrendsEn 2013, le fonds d'investissement a pu encaisser pour la première fois. Moleskine a été introduite en bourse à 2,3 euros par action. Le fonds avait conservé 35% des actions. Les investisseurs se sont précipités, malgré le prix demandé élevé (presque 40 fois le bénéfice net de 2012). La demande d'actions était 3,6 fois supérieure à l'offre.