La société liégeoise Mithra a annoncé ce mercredi matin la conclusion d'un accord de partenariat avec le groupe Gedeon Richter, basé à Budapest, en vue de la commercialisation de son produit-phare à savoir la pilule contraceptive Estelle. Le groupe hongrois distribuera ce médicament sous un nom différent. Il versera immédiatement 35 millions d'euros et jusqu'à 20 millions supplémentaires en fonction de la progression du processus réglementaire préalable à la mise sur le marché.
...

La société liégeoise Mithra a annoncé ce mercredi matin la conclusion d'un accord de partenariat avec le groupe Gedeon Richter, basé à Budapest, en vue de la commercialisation de son produit-phare à savoir la pilule contraceptive Estelle. Le groupe hongrois distribuera ce médicament sous un nom différent. Il versera immédiatement 35 millions d'euros et jusqu'à 20 millions supplémentaires en fonction de la progression du processus réglementaire préalable à la mise sur le marché. Ce contraceptif, base d'estétrol, un oestrogène naturel, arrive au terme des phases cliniques, avec des résultats dépassant les attentes. Il devrait être commercialisé à partir de 2020. Mithra touchera alors des royalties sur les ventes d'Estelle, considéré comme un blockbuster potentiel, c'est-à-dire un médicament pouvant générer plus d'un milliard d'euros de recettes."C'est de loin le plus gros contrat de l'histoire de Mithra, s'est réjoui le CEO et cofondateur François Fornieri. Gedeon Richter est un incontestable leader dans le domaine de la santé féminine, avec une extension rapide en Europe occidentale. Nous sommes convaincus que c'est le meilleur partenaire pour Estelle et que notre collaboration sera longue fructueuse. Cet accord renforce par ailleurs notre position pour la conclusion d'un accord de distribution aux Etats-Unis, un marché deux fois plus grand que l'Europe pour les contraceptifs oraux." Gedeon Richter est une entreprise pharmaceutique hongroise, créée en 1901. Spécialisée dans la santé féminine, elle a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 1,4 milliard et est présente sur les cinq continents. Depuis une petite dizaine d'années, elle s'étend progressivement en Europe de l'ouest.Une stratégie bien orchestréeLa conclusion de ce contrat conforte la stratégie de développement de Mithra. A l'origine, elle misait sur la vente de médicaments génériques pour financer le développement de produits neufs à base d'estétrol. Ce processus arrive aujourd'hui à son terme et, cet été, Mithra a dès lors choisi de revendre son portefeuille de génériques pour se concentrer uniquement sur ses médicaments innovants, à commencer par Estelle et Donesta, un traitement hormonal contre la ménopause, également rangé parmi les blockbusters potentiels.Cette vente a rapporté 40 millions d'euros à Mithra. Ce matelas a conforté la position de négociation de la société liégeoise pour le développement de ses médicaments-phares. "Nous négocions avec des géants de la distribution de médicaments, expliquait François Fornieri, fin juillet dans Trends-Tendances. Ils observent notre trésorerie, ils voient que nous avons du cash en réserve et que nous pouvons prendre le temps de conclure un bon accord. La vente de notre portefeuille de génériques nous permet de discuter en étant bien relax. Nous sommes en mesure d'obtenir le maximum de nos produits innovants. Mithra a clairement les moyens de ses ambitions." Un mois plus tard, il signait, avec Gedeon Richter, "le contrat le plus important de l'histoire de Mithra".