Poids lourd du Nasdaq, Facebook a plongé de 4,89% à 326,23 dollars, cumulant les déboires entre les accusations d'une lanceuse d'alerte sur la politique du groupe et une panne majeure affectant l'accès à ses réseaux et messageries de plusieurs millions de ses utilisateurs.

Depuis ses sommets début septembre, le titre a perdu 15%. Le réseau social est d'abord en butte aux accusations d'une lanceuse d'alerte qui va témoigner devant le Congrès mardi pour affirmer que Facebook choisit "le profit plutôt que la sûreté".

Des recherches internes au groupe ont montré que son réseau social Instagram a des effets négatifs sur le moral des adolescentes.

A cela s'est ajoutée lundi une méga-panne de plusieurs heures empêchant l'accès aux quatre réseaux et messageries du groupe - Facebook, Instagram, Whatsapp et Messenger - d'ordinaire fréquentés tous les mois par quelques 3,5 milliards de personnes dans le monde.

A cause de la chute de ses actions, le patron du groupe Mark Zuckerberg, 37 ans, a perdu plus de 6 milliards de dollars en quelques heures, faisant tomber sa fortune à 121,6 milliards, affirme un décompte de Bloomberg. Ses pertes atteignent 15 milliards depuis la mi-septembre.

Facebook est une des plus importantes capitalisations de Wall Street, se rangeant en général derrière Apple, Microsoft, Google (Alphabet) et Amazon.

Poids lourd du Nasdaq, Facebook a plongé de 4,89% à 326,23 dollars, cumulant les déboires entre les accusations d'une lanceuse d'alerte sur la politique du groupe et une panne majeure affectant l'accès à ses réseaux et messageries de plusieurs millions de ses utilisateurs. Depuis ses sommets début septembre, le titre a perdu 15%. Le réseau social est d'abord en butte aux accusations d'une lanceuse d'alerte qui va témoigner devant le Congrès mardi pour affirmer que Facebook choisit "le profit plutôt que la sûreté". Des recherches internes au groupe ont montré que son réseau social Instagram a des effets négatifs sur le moral des adolescentes. A cela s'est ajoutée lundi une méga-panne de plusieurs heures empêchant l'accès aux quatre réseaux et messageries du groupe - Facebook, Instagram, Whatsapp et Messenger - d'ordinaire fréquentés tous les mois par quelques 3,5 milliards de personnes dans le monde. A cause de la chute de ses actions, le patron du groupe Mark Zuckerberg, 37 ans, a perdu plus de 6 milliards de dollars en quelques heures, faisant tomber sa fortune à 121,6 milliards, affirme un décompte de Bloomberg. Ses pertes atteignent 15 milliards depuis la mi-septembre. Facebook est une des plus importantes capitalisations de Wall Street, se rangeant en général derrière Apple, Microsoft, Google (Alphabet) et Amazon.