Les drives-in auraient pu rester ouverts malgré le confinement, rappelle Kevin Derycke, patron de Burger Brands. Mais il avait été décidé de tout de même les fermer étant donné la difficulté à respecter la distanciation sociale requise.

Les trois enseignes disent avoir, depuis, pris le temps avec leurs franchisés, de revoir les procédures existantes, de les renforcer, et de prendre de nouvelles mesures de protection pour leurs travailleurs.

"Le port du masque est ainsi obligatoire pour tous, de même que celui de gants pour ceux qui entrent en contact avec les clients", explique Kevin Derycke. "Le nombre de collaborateurs par restaurant est limité et des marquages au sol ont été effectués afin de respecter la distanciation sociale d'1m50 requise", poursuit-il. Des meubles ont aussi parfois été déplacés dans les cuisines à cette fin. Des mesures similaires ont été instaurées chez McDonalds.

Si tous les drive-in de cette dernière enseigne seront à nouveau accessibles, il n'y en aura par contre que 40 chez Burger King et Quick, soit environ la moitié. Ces 40 restaurants représentent un tiers du réseau total belge de Burger Brands, qui privilégie donc plutôt une réouverture progressive que générale.

La réouverture de jeudi était prévue depuis quelques jours et dépendait des annonces faites par le conseil national de sécurité de mercredi dernier, assure Kevin Derycke. Elle n'est donc pas liée à l'annonce de l'enseigne rivale de lundi matin.

Les clients de ces trois restaurants seront exclusivement servis aux guichets des drive-in, avec un menu adapté, et sont invités à privilégier le paiement sans contact ou électronique. Les heures d'ouverture s'étendent désormais de 11h à 21h pour les 'McDo' et de 11h à 21h30 pour Burger King et Quick.

Interrogé, le patron de Burger Brands refuse de communiquer sur l'impact financier de la crise actuelle. Il assure cependant qu'il n'y a aucun risque de faillite ni de licenciements de travailleurs.

Les drives-in auraient pu rester ouverts malgré le confinement, rappelle Kevin Derycke, patron de Burger Brands. Mais il avait été décidé de tout de même les fermer étant donné la difficulté à respecter la distanciation sociale requise. Les trois enseignes disent avoir, depuis, pris le temps avec leurs franchisés, de revoir les procédures existantes, de les renforcer, et de prendre de nouvelles mesures de protection pour leurs travailleurs. "Le port du masque est ainsi obligatoire pour tous, de même que celui de gants pour ceux qui entrent en contact avec les clients", explique Kevin Derycke. "Le nombre de collaborateurs par restaurant est limité et des marquages au sol ont été effectués afin de respecter la distanciation sociale d'1m50 requise", poursuit-il. Des meubles ont aussi parfois été déplacés dans les cuisines à cette fin. Des mesures similaires ont été instaurées chez McDonalds. Si tous les drive-in de cette dernière enseigne seront à nouveau accessibles, il n'y en aura par contre que 40 chez Burger King et Quick, soit environ la moitié. Ces 40 restaurants représentent un tiers du réseau total belge de Burger Brands, qui privilégie donc plutôt une réouverture progressive que générale. La réouverture de jeudi était prévue depuis quelques jours et dépendait des annonces faites par le conseil national de sécurité de mercredi dernier, assure Kevin Derycke. Elle n'est donc pas liée à l'annonce de l'enseigne rivale de lundi matin. Les clients de ces trois restaurants seront exclusivement servis aux guichets des drive-in, avec un menu adapté, et sont invités à privilégier le paiement sans contact ou électronique. Les heures d'ouverture s'étendent désormais de 11h à 21h pour les 'McDo' et de 11h à 21h30 pour Burger King et Quick. Interrogé, le patron de Burger Brands refuse de communiquer sur l'impact financier de la crise actuelle. Il assure cependant qu'il n'y a aucun risque de faillite ni de licenciements de travailleurs.