"Contrairement à d'autres indicateurs, les résultats de notre enquête n'indiquent pas encore un véritable retour à l'optimisme dans le chef des employeurs", explique Philippe Lacroix, Managing Director de ManpowerGroup BeLux.

La "prévision nette d'emploi" reste ainsi inchangée par rapport au deux trimestres précédents (+2 points). "Seulement 4% des 750 employeurs belges interrogés fin avril par ManpowerGroup prévoient de créer des nouveaux emplois d'ici la fin du mois du septembre, alors que 3% d'entre eux anticipent de réduire leurs effectifs. 91% des employeurs sondés ne prévoient aucun changement", précise Manpower.

La Région de Bruxelles-Capitale affiche les perspectives les plus intéressantes avec une prévision nette d'emploi à +4, devant leurs homologues de Flandre (+2) et de Wallonie (+2).

Les perspectives d'emploi pour le prochain trimestre sont positives dans six des dix secteurs sondés. Les employeurs des secteurs de l'industrie manufacturière et ceux des Services publics, de l'éducation, de la santé et des services collectifs rapportent les prévisions les plus favorables (tous deux à +5).

A l'inverse, les perspectives d'emploi sont légèrement négatives dans quatre secteurs: la construction (-2, pour la troisième fois en négatif au cours des quatre derniers trimestres), l'Agriculture et la pêche (-4, en négatif pour le sixième trimestre consécutif), le Commerce de gros et de détail (-4, la prévision la plus faible depuis le 2e trimestre 2013) et les Industries extractives (-4, la prévision la plus faible depuis le 3e trimestre 2013).

A l'échelle mondiale, la perspective d'emploi la plus importante se situe à Taiwan (+42 points). Le pays membre de l'Union européenne affichant les meilleures perspectives est la Slovaquie (+12 points), l'Italie affichant au contraire les prévisions les moins optimistes (-4 points).