Les deux géants californiens "ont un duopole effectif sur les écosystèmes mobiles, qui leur permet d'avoir la mainmise sur les systèmes d'exploitation, les magasins d'applications et les navigateurs web sur les appareils mobiles", a constaté l'autorité de la concurrence (CMA). Ainsi, 97% de toute la navigation mobile sur internet au Royaume-Uni a eu lieu sur des navigateurs utilisant soit la technologie d'Apple soit celle de Google en 2021, a précisé la CMA dans un communiqué.

Le régulateur mènera désormais "une enquête approfondie sur la manière dont Apple et Google dominent le marché des navigateurs sur mobiles et sur la façon dont Apple restreint les jeux" sur son portail d'applications.

Le Royaume-Uni compte "plus de 800.000 utilisateurs de services de jeux vidéo en cloud" et "les restrictions de distribution sur appareils mobiles pourraient entraver la croissance de ce secteur" et pénaliser les joueurs, selon le gendarme de la concurrence. L'enjeu est important: la CMA chiffre à "plusieurs milliards de livres" le poids du secteur dans l'économie britannique.

Dans le même temps, "Apple et Google ont fait valoir que des restrictions étaient nécessaires pour protéger les utilisateurs", selon l'autorité britannique, qui précise que son enquête "tiendra compte de ces préoccupations et déterminera si de nouvelles règles sont nécessaires".

"Nous avons aidé des millions de développeurs à transformer leurs idées les plus brillantes en applications", dans un secteur qui crée "des centaines de milliers d'emplois rien qu'au Royaume-Uni", a fait valoir Apple dans une déclaration transmise mardi à l'AFP. Google a réagi, de son côté, en disant être "engagé à créer des plateformes ouvertes et prospères qui autonomisent les consommateurs et aident les développeurs à créer des entreprises à succès".

Sa plateforme Android "offre aux utilisateurs un plus grand choix d'applications et de magasins d'applications que toute autre plateforme mobile", a affirmé le groupe.

La CMA mène plusieurs enquêtes et procédures pour tenter de limiter l'ascendant des Gafa (Google, Apple, Facebook et Amazon) sur le marché de la technologie en ligne. La Commission européenne et l'autorité de la concurrence américaine (FTC) et de nombreux Etats américains ont aussi lancé des enquêtes et des poursuites contre les Gafa.

Les deux géants californiens "ont un duopole effectif sur les écosystèmes mobiles, qui leur permet d'avoir la mainmise sur les systèmes d'exploitation, les magasins d'applications et les navigateurs web sur les appareils mobiles", a constaté l'autorité de la concurrence (CMA). Ainsi, 97% de toute la navigation mobile sur internet au Royaume-Uni a eu lieu sur des navigateurs utilisant soit la technologie d'Apple soit celle de Google en 2021, a précisé la CMA dans un communiqué. Le régulateur mènera désormais "une enquête approfondie sur la manière dont Apple et Google dominent le marché des navigateurs sur mobiles et sur la façon dont Apple restreint les jeux" sur son portail d'applications. Le Royaume-Uni compte "plus de 800.000 utilisateurs de services de jeux vidéo en cloud" et "les restrictions de distribution sur appareils mobiles pourraient entraver la croissance de ce secteur" et pénaliser les joueurs, selon le gendarme de la concurrence. L'enjeu est important: la CMA chiffre à "plusieurs milliards de livres" le poids du secteur dans l'économie britannique. Dans le même temps, "Apple et Google ont fait valoir que des restrictions étaient nécessaires pour protéger les utilisateurs", selon l'autorité britannique, qui précise que son enquête "tiendra compte de ces préoccupations et déterminera si de nouvelles règles sont nécessaires". "Nous avons aidé des millions de développeurs à transformer leurs idées les plus brillantes en applications", dans un secteur qui crée "des centaines de milliers d'emplois rien qu'au Royaume-Uni", a fait valoir Apple dans une déclaration transmise mardi à l'AFP. Google a réagi, de son côté, en disant être "engagé à créer des plateformes ouvertes et prospères qui autonomisent les consommateurs et aident les développeurs à créer des entreprises à succès". Sa plateforme Android "offre aux utilisateurs un plus grand choix d'applications et de magasins d'applications que toute autre plateforme mobile", a affirmé le groupe.La CMA mène plusieurs enquêtes et procédures pour tenter de limiter l'ascendant des Gafa (Google, Apple, Facebook et Amazon) sur le marché de la technologie en ligne. La Commission européenne et l'autorité de la concurrence américaine (FTC) et de nombreux Etats américains ont aussi lancé des enquêtes et des poursuites contre les Gafa.