Il est reproché à M. Happart d'avoir usé de son influence pour favoriser des entrepreneurs liégeois en échange de contrats publics pour ensuite bénéficier d'avantages de leur part. Luc Partoune est lui soupçonné d'avoir utilisé l'argent public pour s'acheter des biens à des fins privées. Consul honoraire du Chili, il aurait également fait facturer à Liège Airport des frais de restauration pour deux séances de dégustation de vins chiliens.

Le directeur général s'est dit "soulagé que l'affaire aboutisse enfin après 5 ans". Il entend prouver son innocence "dans cette affaire montée de toutes pièces" par son ancien directeur financier, qui avait porté plainte.

Le procureur du Roi de Liège demande également qu'une douzaine d'autres personnes soient jugées pour les mêmes affaires.

La chambre du conseil devra se prononcer le 26 septembre sur base de ce réquisitoire et éventuellement renvoyer le duo à la tête de Liège Airport en correctionnelle.

Il est reproché à M. Happart d'avoir usé de son influence pour favoriser des entrepreneurs liégeois en échange de contrats publics pour ensuite bénéficier d'avantages de leur part. Luc Partoune est lui soupçonné d'avoir utilisé l'argent public pour s'acheter des biens à des fins privées. Consul honoraire du Chili, il aurait également fait facturer à Liège Airport des frais de restauration pour deux séances de dégustation de vins chiliens. Le directeur général s'est dit "soulagé que l'affaire aboutisse enfin après 5 ans". Il entend prouver son innocence "dans cette affaire montée de toutes pièces" par son ancien directeur financier, qui avait porté plainte. Le procureur du Roi de Liège demande également qu'une douzaine d'autres personnes soient jugées pour les mêmes affaires. La chambre du conseil devra se prononcer le 26 septembre sur base de ce réquisitoire et éventuellement renvoyer le duo à la tête de Liège Airport en correctionnelle.