Le protocole d'accord prévoit qu'au moins la moitié des travailleurs concernés s'en aille sur base volontaire, soit via un licenciement, soit via un plan de pension anticipée propre à IBM. Les travailleurs auraient approuvé le plan "quasiment à l'unanimité", selon M. Meeuwens. Le protocole d'accord doit désormais être traduit dans une convention collective de travail (CCT). "Les négociations ont été dures et longues, mais se sont conclues dans la sérénité", a commenté le secrétaire syndical. IBM Belgique, qui compte 1.498 travailleurs dans le pays, a confirmé qu'un accord avait été dégagé, mais n'a pas souhaité commenter davantage.