L'Union Belge des Ouvriers du Transport, la centrale sectorielle de la FGTB, conteste cette affirmation qu'elle estime "dénuée de tout fondement" et demande des preuves.

"Un rapport circonstancié du Fonds social Transport et Logistique, le fonds de sécurité d'existence du secteur, montre clairement que notre pays a perdu pas moins de 6.000 emplois de chauffeur de poids lourd entre 2007 et 2016. L'UPTR lance des affirmations sans chiffres ni faits à l'appui", indique lundi Frank Moreels, président de l'UBT.

Le syndicat appelle par ailleurs les employeurs à se montrer proactifs dans le perspective des nombreux remplacements prévus dans les prochaines années. "D'après les données du Fonds social Transport et Logistique, 56% des chauffeurs ont plus de 45 ans. Le remplacement à lui seul de ces chauffeurs sera un défi de taille. A cet effet, il sera nécessaire d'augmenter l'attrait du métier, et aussi la rémunération du chauffeur. D'autre part, les employeurs doivent assurer eux-mêmes la formation de chauffeurs, activité qui est d'ailleurs subventionnée par le Fonds social Transport et Logistique."

L'Union Belge des Ouvriers du Transport, la centrale sectorielle de la FGTB, conteste cette affirmation qu'elle estime "dénuée de tout fondement" et demande des preuves."Un rapport circonstancié du Fonds social Transport et Logistique, le fonds de sécurité d'existence du secteur, montre clairement que notre pays a perdu pas moins de 6.000 emplois de chauffeur de poids lourd entre 2007 et 2016. L'UPTR lance des affirmations sans chiffres ni faits à l'appui", indique lundi Frank Moreels, président de l'UBT. Le syndicat appelle par ailleurs les employeurs à se montrer proactifs dans le perspective des nombreux remplacements prévus dans les prochaines années. "D'après les données du Fonds social Transport et Logistique, 56% des chauffeurs ont plus de 45 ans. Le remplacement à lui seul de ces chauffeurs sera un défi de taille. A cet effet, il sera nécessaire d'augmenter l'attrait du métier, et aussi la rémunération du chauffeur. D'autre part, les employeurs doivent assurer eux-mêmes la formation de chauffeurs, activité qui est d'ailleurs subventionnée par le Fonds social Transport et Logistique."