Le Conseil d'administration de la VRT a approuvé mercredi un plan qui prévoit la suppression de 128,5 équivalents temps-plein. La mesure est atténuée par le fait que 39 personnes seront engagées pour concrétiser de nouvelles ambitions en matière digitale.

"La distinction doit être faite clairement", a réagi le syndicat ACV. "128 personnes devront partir et les nouveaux engagements n'y changeront rien". Le syndicat critique également les aménagements salariaux demandés aux employés. "La direction aurait pu mieux nous défendre", estime l'ACV.

Le message diffusé jeudi sur Eén et sur Canvas n'est qu'un début, souligne Luk Vandenhoeck (ACOD). "A partir de maintenant, une action sera menée chaque semaine", dit-il.

Le Conseil d'administration de la VRT a approuvé mercredi un plan qui prévoit la suppression de 128,5 équivalents temps-plein. La mesure est atténuée par le fait que 39 personnes seront engagées pour concrétiser de nouvelles ambitions en matière digitale. "La distinction doit être faite clairement", a réagi le syndicat ACV. "128 personnes devront partir et les nouveaux engagements n'y changeront rien". Le syndicat critique également les aménagements salariaux demandés aux employés. "La direction aurait pu mieux nous défendre", estime l'ACV. Le message diffusé jeudi sur Eén et sur Canvas n'est qu'un début, souligne Luk Vandenhoeck (ACOD). "A partir de maintenant, une action sera menée chaque semaine", dit-il.