Les sites de Gent Antwerpen, Hasselt, Heppignies et Chaudfontaine sont bloqués mercredi matin, confirme Stéphane Piron, secrétaire fédéral Setca. Les syndicats veulent empêcher la sortie et le transfert de la production mais n'ont pas bloqué les travailleurs de l'entreprise.

Ces actions ont été décidées après l'échec des négociations à la suite de l'annonce d'une nouvelle restructuration début 2019. "La direction ne nous a pas donné de garanties sur la sécurité de l'emploi à l'avenir, la fin des restructurations ou encore le maintien des statuts actuels", détaille Stéphane Piron. "Nous avons annoncé à la direction que nous entamerions chaque discussion avec ces questions élémentaires, elle a donc décidé d'annuler la réunion programmée mardi."

Les organisations syndicales souhaitent également que les travailleurs transférés dans d'autres sociétés puissent finalement bénéficier du plan social.

Contactée par Belga, la direction se dit "surprise" par ces actions qui bloquent la livraison des commandes aux clients. "Les syndicats ont quitté la table des négociations la semaine dernière et nous avions alors entamé un processus de recherche d'un médiateur indépendant pour une prochaine réunion en janvier", ajoute Eva Lefevre, porte-parole de Coca-Cola European Partners, embouteilleur de la marque en Belgique.

Le blocage se prolongera en principe toute la journée mais les syndicats espèrent une réaction "constructive" de la direction. "Nous n'avons pas envie de nous amuser à bloquer", ajoute le secrétaire fédéral Setca. "Nous voulons donner une chance de dialogue à la direction."

Les sites de Gent Antwerpen, Hasselt, Heppignies et Chaudfontaine sont bloqués mercredi matin, confirme Stéphane Piron, secrétaire fédéral Setca. Les syndicats veulent empêcher la sortie et le transfert de la production mais n'ont pas bloqué les travailleurs de l'entreprise. Ces actions ont été décidées après l'échec des négociations à la suite de l'annonce d'une nouvelle restructuration début 2019. "La direction ne nous a pas donné de garanties sur la sécurité de l'emploi à l'avenir, la fin des restructurations ou encore le maintien des statuts actuels", détaille Stéphane Piron. "Nous avons annoncé à la direction que nous entamerions chaque discussion avec ces questions élémentaires, elle a donc décidé d'annuler la réunion programmée mardi." Les organisations syndicales souhaitent également que les travailleurs transférés dans d'autres sociétés puissent finalement bénéficier du plan social. Contactée par Belga, la direction se dit "surprise" par ces actions qui bloquent la livraison des commandes aux clients. "Les syndicats ont quitté la table des négociations la semaine dernière et nous avions alors entamé un processus de recherche d'un médiateur indépendant pour une prochaine réunion en janvier", ajoute Eva Lefevre, porte-parole de Coca-Cola European Partners, embouteilleur de la marque en Belgique. Le blocage se prolongera en principe toute la journée mais les syndicats espèrent une réaction "constructive" de la direction. "Nous n'avons pas envie de nous amuser à bloquer", ajoute le secrétaire fédéral Setca. "Nous voulons donner une chance de dialogue à la direction."