L'indice de paiement de Graydon, qui mesure l'expérience de 8.000 fournisseurs, a, après un net recul, chuté au plus bas depuis le troisième trimestre de 2013. Plus il est bas, moins bien les entreprises belges se paient entre elles.

Les fournisseurs doivent se lamenter plus longtemps avant que leurs factures ne soient remboursées. Un effet domino menace dès lors: le problème de cash d'une entreprise en entraîne en effet un de liquidités dans l'autre.

Au 3e trimestre de cette année, 32,9% des factures ont été payées en retard, contre 29,4% durant les trois premiers mois de l'année. La détérioration est perceptible tant en Flandre qu'en Wallonie et à Bruxelles. Ce qui inquiète également Graydon, c'est la hausse du nombre de défauts de paiement, c'est-à-dire de factures qui restent impayées après trois mois. Cela concerne 11% de toutes les factures.

"L'indice de paiement équivaut à une prise de pouls. Il se peut que nous assistions à une détérioration da la conjoncture dans un mois ou dans trois", confie-t-on chez Graydon, où l'on s'appuie notamment sur une évolution similaire quelques mois avant la crise de 2008-2009.