Le bénéfice net est ressorti à 3,86 milliards de couronnes (357 millions d'euros), pour un chiffre d'affaires en hausse de 12%, à 62,6 milliards.

Aux prises avec une érosion des ventes et de la rentabilité après un retard dans sa conversion au commerce en ligne, H&M assure recueillir les fruits des efforts consentis au cours des derniers trimestres pour adapter son offre.

Au cours du trimestre, le groupe a enregistré "une très forte augmentation des ventes en ligne, de 30% en couronnes suédoises et de 25% en monnaies locales", a indiqué son PDG Karl-Johan Persson.

La marge opérationnelle a également progressé, de 0,9 point sur un an, à 8%. Les analystes tablaient sur une marge de 7,7%.

Le bénéfice opérationnel d'H&M s'est établi à 5 milliards de couronnes. "Les ventes et la baisse des démarques ont contribué à une augmentation de 26% du bénéfice opérationnel au troisième trimestre", se félicite le groupe.

Les stocks - gros point noir d'H&M qui l'oblige à des soldes et pèse sur sa rentabilité - ont eux augmenté de 9% à 42 milliards de couronnes. Cependant, exprimés en monnaies locales, ils ont diminué de 1%.

H&M reste la marque vedette du groupe, qui exploite également les magasins Cos, & Other Stories, Monki, Weekday et Cheap Monday.