Le Comité de concertation a décidé vendredi d'interdire provisoirement tous les regroupements et activités privés à l'intérieur, mais à l'exception des mariages notamment. "Nous sommes probablement l'un des rares secteurs à être vraiment satisfait aujourd'hui", commente Isabelle Ghosez. "Peu de choses changeront pour nous et c'est très positif. Des mesures plus strictes auraient entraîné une grosse perte financière tant pour les couples que pour les fournisseurs au mois de décembre".

Depuis l'instauration du CST et du port obligatoire du masque buccal lors des mariages, plus aucune annulation n'a été enregistrée par les prestataires. "Nous constatons que les gens en ont marre de reporter leur fête et qu'ils s'adaptent donc aux mesures actuelles", explique la représentante de la fédération. "Certains ont dû reporter leur mariage jusqu'à quatre fois".

Le secteur reste toutefois prudent pour le début de l'année 2022. "Nous espérons que les nouvelles mesures feront baisser les chiffres de la pandémie et qu'il n'y aura pas de mesures plus strictes", ajoute Isabelle Ghosez.

Le Comité de concertation a décidé vendredi d'interdire provisoirement tous les regroupements et activités privés à l'intérieur, mais à l'exception des mariages notamment. "Nous sommes probablement l'un des rares secteurs à être vraiment satisfait aujourd'hui", commente Isabelle Ghosez. "Peu de choses changeront pour nous et c'est très positif. Des mesures plus strictes auraient entraîné une grosse perte financière tant pour les couples que pour les fournisseurs au mois de décembre". Depuis l'instauration du CST et du port obligatoire du masque buccal lors des mariages, plus aucune annulation n'a été enregistrée par les prestataires. "Nous constatons que les gens en ont marre de reporter leur fête et qu'ils s'adaptent donc aux mesures actuelles", explique la représentante de la fédération. "Certains ont dû reporter leur mariage jusqu'à quatre fois". Le secteur reste toutefois prudent pour le début de l'année 2022. "Nous espérons que les nouvelles mesures feront baisser les chiffres de la pandémie et qu'il n'y aura pas de mesures plus strictes", ajoute Isabelle Ghosez.