En revanche, en ce qui concerne les aides, "ils ne sont pas considérés comme faisant partie du secteur de l'évènementiel", regrette le président de la CBTI Guillaume Deneufbourg. "Nous sommes exclus des aides régionales car ne nous retrouvons pas dans les bons codes NACE", ajoute Max De Brouwer, lui-même interprète.

Les interprètes de conférence ont pu reprendre partiellement le travail avec les conférences et réunions organisées en ligne. Mais, d'après une enquête réalisée auprès d'eux par la CBTI, ils ont en moyenne du faire face à une baisse de 50% de leur chiffre d'affaire depuis le début de l'année. Octobre-novembre étant la "haute saison" pour les interprètes, cette baisse conséquente des revenus pèsera également sur leur situation en début de 2021, quand les évènements avec interprétation sont moindres.

"Il faut ré-instaurer un moratoire sur les frais élevés (fixes) ou remboursements d'emprunt, et tenir compte de la saisonnalité du métier", appelle Max De Brouwer, qui souhaite des aides adaptées à la perte de chiffre d'affaires.

En revanche, en ce qui concerne les aides, "ils ne sont pas considérés comme faisant partie du secteur de l'évènementiel", regrette le président de la CBTI Guillaume Deneufbourg. "Nous sommes exclus des aides régionales car ne nous retrouvons pas dans les bons codes NACE", ajoute Max De Brouwer, lui-même interprète. Les interprètes de conférence ont pu reprendre partiellement le travail avec les conférences et réunions organisées en ligne. Mais, d'après une enquête réalisée auprès d'eux par la CBTI, ils ont en moyenne du faire face à une baisse de 50% de leur chiffre d'affaire depuis le début de l'année. Octobre-novembre étant la "haute saison" pour les interprètes, cette baisse conséquente des revenus pèsera également sur leur situation en début de 2021, quand les évènements avec interprétation sont moindres. "Il faut ré-instaurer un moratoire sur les frais élevés (fixes) ou remboursements d'emprunt, et tenir compte de la saisonnalité du métier", appelle Max De Brouwer, qui souhaite des aides adaptées à la perte de chiffre d'affaires.