Celui-ci n'aura finalement lieu que dans le sud du pays après la décision des syndicats flamands de renoncer à l'action.

Le SNI qualifie le comportement des syndicats francophones de "totalement irresponsable", estimant qu'ils allaient paralyser le pays durant deux jours et que le mouvement aurait des répercussions dans tout le pays. Le syndicat espère néanmoins que "la SNCB fera un maximum d'efforts pour que les navetteurs flamands puissent atteindre leur lieu de travail".

L'organisation des entrepreneurs indépendants se dit convaincue que cette action syndicale va ternir l'image de notre pays et que cela équivaut à "jouer avec la légère reprise économique de notre pays". Elle rappelle son plaidoyer pour un service minimal en cas de grève.

Celui-ci n'aura finalement lieu que dans le sud du pays après la décision des syndicats flamands de renoncer à l'action.Le SNI qualifie le comportement des syndicats francophones de "totalement irresponsable", estimant qu'ils allaient paralyser le pays durant deux jours et que le mouvement aurait des répercussions dans tout le pays. Le syndicat espère néanmoins que "la SNCB fera un maximum d'efforts pour que les navetteurs flamands puissent atteindre leur lieu de travail".L'organisation des entrepreneurs indépendants se dit convaincue que cette action syndicale va ternir l'image de notre pays et que cela équivaut à "jouer avec la légère reprise économique de notre pays". Elle rappelle son plaidoyer pour un service minimal en cas de grève.