Une performance qui surclasse le doublement des bénéfices que les sociétés cotées avaient enregistrés au premier semestre de 2010, lorsque l'activité des entreprises avait rebondi au sortir de la crise financière, lit-on vendredi dans le journal L'Echo.

Les entreprises du Bel 20 ne sont cependant pas encore revenues, en termes absolus, à leur niveau de bénéfices d'avant la crise sanitaire. L'an dernier, durant la même période, les confinements avaient fait chuter les bénéfices de 58% en moyenne. Le redressement est tout de même plus puissant que prévu. Ainsi, les bénéfices ont dépassé en moyenne de 20% les attentes des analystes.

Une performance qui surclasse le doublement des bénéfices que les sociétés cotées avaient enregistrés au premier semestre de 2010, lorsque l'activité des entreprises avait rebondi au sortir de la crise financière, lit-on vendredi dans le journal L'Echo.Les entreprises du Bel 20 ne sont cependant pas encore revenues, en termes absolus, à leur niveau de bénéfices d'avant la crise sanitaire. L'an dernier, durant la même période, les confinements avaient fait chuter les bénéfices de 58% en moyenne. Le redressement est tout de même plus puissant que prévu. Ainsi, les bénéfices ont dépassé en moyenne de 20% les attentes des analystes.