Alors que le 737 Max reprend l'air un peu partout dans le monde (TUI fly a opéré ses premiers vols en Belgique la semaine dernière), c'est au tour du 777 de faire des siennes. Samedi dernier, un Boeing 777-220 d...

Alors que le 737 Max reprend l'air un peu partout dans le monde (TUI fly a opéré ses premiers vols en Belgique la semaine dernière), c'est au tour du 777 de faire des siennes. Samedi dernier, un Boeing 777-220 de la compagnie United Airlines qui reliait Denver à Honolulu a dû faire demi-tour en urgence après l'incendie de son réacteur droit. L'appareil a pu se poser sans encombre sur l'aéroport de Denver, aucun de ses occupants n'a été blessé mais des débris de grande taille sont tombés sur une zone résidentielle de Broomfield, une banlieue de Denver. C'est le troisième incident moteur du même genre depuis 2018. Ce lundi, Boeing a ordonné l'immobilisation de la centaine de 777 (sur 1.600 produits depuis le début) qui sont équipés de moteurs Pratt & Whitney 4000-112. Soixante-neuf des ces appareils seraient actuellement en service principalement chez United Airlines, Japan Airlines, All Nippon Airways et Korean Air. La FAA, le régulateur américain, a ordonné une inspection approfondie de leurs moteurs qui auraient tendance à perdre des pales.