Il ressort d'une enquête de l'Unizo qu'un tiers des entreprises auraient été confrontées plusieurs fois à une consommation d'alcool problématique de la part de leurs travailleurs ces cinq dernières années. Le patron de l'organisation des indépendants Karel Van Eetvelt reconnaît qu'il faut en faire davantage en termes de prévention. Mais il plaide dans le même temps pour plus de possibilités de licencier le personnel qui abuserait de l'alcool. Un employeur ne peut agir de la sorte aujourd'hui que si cela constitue une faute professionnelle grave. Les entrepreneurs souhaitent donc mettre en place un système à points, à l'image du permis de conduire en vigueur en France. Le fait d'être pris trois fois de suite deviendrait un motif de licenciement obligatoire.

Il ressort d'une enquête de l'Unizo qu'un tiers des entreprises auraient été confrontées plusieurs fois à une consommation d'alcool problématique de la part de leurs travailleurs ces cinq dernières années. Le patron de l'organisation des indépendants Karel Van Eetvelt reconnaît qu'il faut en faire davantage en termes de prévention. Mais il plaide dans le même temps pour plus de possibilités de licencier le personnel qui abuserait de l'alcool. Un employeur ne peut agir de la sorte aujourd'hui que si cela constitue une faute professionnelle grave. Les entrepreneurs souhaitent donc mettre en place un système à points, à l'image du permis de conduire en vigueur en France. Le fait d'être pris trois fois de suite deviendrait un motif de licenciement obligatoire.