"Compte tenu des circonstances exceptionnelles, nous vous demandons de surseoir à l'envoi des manuscrits. Prenez soin de vous toujours et bonnes lectures", écrit Gallimard, l'un des plus célèbres éditeurs de la place de Paris, sur son site internet.

Ce conseil, apparu début avril, a ensuite été relayé sur Twitter. Pas sûr qu'il soit suivi unanimement, mais pour accroître ses chances, mieux vaut s'y plier. Et patienter.

Le contexte est assez défavorable aux inconnus qui se rêvent en Michel Houellebecq ou en Amélie Nothomb. La fermeture des librairies à deux reprises en 2020, au printemps et à l'automne, a entraîné des reports de parution, provoquant un embouteillage en 2021. Si se faire publier est toujours difficile pour un débutant, c'est devenu encore plus compliqué.

Gallimard n'est pourtant pas avare en premiers romans dans sa fameuse Collection blanche: cinq à la rentrée de janvier, deux en mars, deux en avril... Interrogé par l'AFP sur les raisons de ce message au grand public, l'éditeur a évoqué l'immensité des volumes envoyés.

Les quelque 30 manuscrits par jour ouvré reçus à son siège rue Gaston-Gallimard sont devenus 50, depuis près d'un an. "Nous tenons à accorder la même attention à tous les manuscrits que nous recevons et nous répondons à tous les envois. C'est un travail considérable qui demande de la minutie et de la disponibilité d'esprit. C'est pour toutes ces raisons que nous avons demandé de suspendre, tout à fait momentanément, l'envoi des manuscrits", a expliqué Gabrielle Lécrivain, éditrice.

- "Prendre sa Remington" -

Certains concurrents avaient donné le même conseil lors du premier confinement en France, au printemps 2020.

"Nous et d'autres éditeurs, nous avions mis un message sur le site internet pour demander d'attendre avant d'envoyer un manuscrit. Je m'attendais à un tsunami quand on l'a enlevé pour le déconfinement. Il n'a pas eu lieu, mais il y a un certain rattrapage actuellement", dit à l'AFP Laure Belloeuvre, du service des manuscrits du Seuil.

Entre janvier et mars, 1.200 manuscrits sont parvenus chez ce grand éditeur parisien, alors qu'il en reçoit environ 3.500 par an, concentrés en début et en fin d'année. "C'est beaucoup. Maintenant que tout le monde sait se servir d'un ordinateur pour écrire, nous voyons des gens qui écrivent et dont nous sentons qu'ils ne lisent pas. Ce n'est plus comme au temps où il fallait prendre sa Remington pour taper son manuscrit, ce que faisaient des passionnés de littérature", raconte l'éditrice.

"Nous, on ne coupe pas le robinet", indique Juliette Joste, éditrice chez Grasset, autre institution littéraire en France. "On a des programmes ultrachargés, et on ne peut quasiment rien prendre qui vient de la Poste: un ou deux titres par an. Mais j'ai vu ce message de Gallimard avec étonnement".

Grasset, qui avait approché un record de 5.000 manuscrits reçus en 2018, en avait reçu plus de 1.000 à la mi-mars.

- Renouveler le catalogue -

Quand les éditions Novice, qui n'avaient encore publié aucun livre, ont créé en janvier 2020 un prix littéraire destiné aux "écrivains non publiés", le jury a reçu pas moins de 150 manuscrits. "Je n'avais pas envie qu'on en reçoive un nombre ingérable, donc la fenêtre d'envoi était volontairement très courte, et on a communiqué assez peu", explique à l'AFP Timothé Guillotin, le fondateur de cette maison.

Les éditions de L'Olivier constatent le même engouement. "Plus de 700 manuscrits sur les trois premiers mois, ce qui fait qu'on dépassera 2.000 cette année, alors qu'on était à 1.500 ou 1.600 par an avant le prix Goncourt (la plus prestigieuse distinction littéraire française, ndlr) de Jean-Paul Dubois" en 2019, relève Jeanne Grange, du service des manuscrits.

"Mais je ne dissuaderais jamais personne", poursuit-elle. "La vitalité d'un éditeur se voit au renouvellement de son catalogue."

"Compte tenu des circonstances exceptionnelles, nous vous demandons de surseoir à l'envoi des manuscrits. Prenez soin de vous toujours et bonnes lectures", écrit Gallimard, l'un des plus célèbres éditeurs de la place de Paris, sur son site internet.Ce conseil, apparu début avril, a ensuite été relayé sur Twitter. Pas sûr qu'il soit suivi unanimement, mais pour accroître ses chances, mieux vaut s'y plier. Et patienter.Le contexte est assez défavorable aux inconnus qui se rêvent en Michel Houellebecq ou en Amélie Nothomb. La fermeture des librairies à deux reprises en 2020, au printemps et à l'automne, a entraîné des reports de parution, provoquant un embouteillage en 2021. Si se faire publier est toujours difficile pour un débutant, c'est devenu encore plus compliqué.Gallimard n'est pourtant pas avare en premiers romans dans sa fameuse Collection blanche: cinq à la rentrée de janvier, deux en mars, deux en avril... Interrogé par l'AFP sur les raisons de ce message au grand public, l'éditeur a évoqué l'immensité des volumes envoyés.Les quelque 30 manuscrits par jour ouvré reçus à son siège rue Gaston-Gallimard sont devenus 50, depuis près d'un an. "Nous tenons à accorder la même attention à tous les manuscrits que nous recevons et nous répondons à tous les envois. C'est un travail considérable qui demande de la minutie et de la disponibilité d'esprit. C'est pour toutes ces raisons que nous avons demandé de suspendre, tout à fait momentanément, l'envoi des manuscrits", a expliqué Gabrielle Lécrivain, éditrice.- "Prendre sa Remington" -Certains concurrents avaient donné le même conseil lors du premier confinement en France, au printemps 2020."Nous et d'autres éditeurs, nous avions mis un message sur le site internet pour demander d'attendre avant d'envoyer un manuscrit. Je m'attendais à un tsunami quand on l'a enlevé pour le déconfinement. Il n'a pas eu lieu, mais il y a un certain rattrapage actuellement", dit à l'AFP Laure Belloeuvre, du service des manuscrits du Seuil.Entre janvier et mars, 1.200 manuscrits sont parvenus chez ce grand éditeur parisien, alors qu'il en reçoit environ 3.500 par an, concentrés en début et en fin d'année. "C'est beaucoup. Maintenant que tout le monde sait se servir d'un ordinateur pour écrire, nous voyons des gens qui écrivent et dont nous sentons qu'ils ne lisent pas. Ce n'est plus comme au temps où il fallait prendre sa Remington pour taper son manuscrit, ce que faisaient des passionnés de littérature", raconte l'éditrice."Nous, on ne coupe pas le robinet", indique Juliette Joste, éditrice chez Grasset, autre institution littéraire en France. "On a des programmes ultrachargés, et on ne peut quasiment rien prendre qui vient de la Poste: un ou deux titres par an. Mais j'ai vu ce message de Gallimard avec étonnement".Grasset, qui avait approché un record de 5.000 manuscrits reçus en 2018, en avait reçu plus de 1.000 à la mi-mars.- Renouveler le catalogue -Quand les éditions Novice, qui n'avaient encore publié aucun livre, ont créé en janvier 2020 un prix littéraire destiné aux "écrivains non publiés", le jury a reçu pas moins de 150 manuscrits. "Je n'avais pas envie qu'on en reçoive un nombre ingérable, donc la fenêtre d'envoi était volontairement très courte, et on a communiqué assez peu", explique à l'AFP Timothé Guillotin, le fondateur de cette maison.Les éditions de L'Olivier constatent le même engouement. "Plus de 700 manuscrits sur les trois premiers mois, ce qui fait qu'on dépassera 2.000 cette année, alors qu'on était à 1.500 ou 1.600 par an avant le prix Goncourt (la plus prestigieuse distinction littéraire française, ndlr) de Jean-Paul Dubois" en 2019, relève Jeanne Grange, du service des manuscrits."Mais je ne dissuaderais jamais personne", poursuit-elle. "La vitalité d'un éditeur se voit au renouvellement de son catalogue."