Pour la sixième année consécutive, Deloitte a comparé, à la demande de Febeliec, les prix d'électricité pour les consommateurs industriels belges - comme les entreprises chimiques - à ceux pratiqués dans nos pays voisins. D'après l'étude, les entreprises industrielles belges payent entre 10,5% et 34% de plus pour leur électricité que la moyenne de la France, l'Allemagne et les Pays-Bas. "Pour les plus gros consommateurs, ceci revient à un désavantage de plusieurs millions d'euros" par an, affirme le président de la fédération, Luc Sterckx.

Febeliec appelle d'urgence à la mise en place d'une norme énergétique, telle que prévue par l'accord de gouvernement.

Concrètement, l'industrie demande - comme cela s'est passé en Allemagne, aux Pays-Bas et en France - une réduction jusqu'à 90% des frais de transport et de distribution en Belgique pour les gros et stables consommateurs. Febeliec estime que cette mesure coûterait 100 millions d'euros par an.

Pour la sixième année consécutive, Deloitte a comparé, à la demande de Febeliec, les prix d'électricité pour les consommateurs industriels belges - comme les entreprises chimiques - à ceux pratiqués dans nos pays voisins. D'après l'étude, les entreprises industrielles belges payent entre 10,5% et 34% de plus pour leur électricité que la moyenne de la France, l'Allemagne et les Pays-Bas. "Pour les plus gros consommateurs, ceci revient à un désavantage de plusieurs millions d'euros" par an, affirme le président de la fédération, Luc Sterckx. Febeliec appelle d'urgence à la mise en place d'une norme énergétique, telle que prévue par l'accord de gouvernement. Concrètement, l'industrie demande - comme cela s'est passé en Allemagne, aux Pays-Bas et en France - une réduction jusqu'à 90% des frais de transport et de distribution en Belgique pour les gros et stables consommateurs. Febeliec estime que cette mesure coûterait 100 millions d'euros par an.