Plus le temps avance, plus le commerce de biens occupe de la place. En 1961, les surfaces nettes de vente de détail représentaient 5,2 millions de m2 . En 2018, elles ont atteint¿ 18,8 millions de m2. Une évolution qui s'explique par l'essor de la grande distribution et des chaînes de (grands) magasins.

Quant au chiffre d'affaires, il a été multiplié par 2,8 en euro constant entre 1961 et 2018, soit une croissance annuelle moyenne de 1,8%. Mais les auteurs de l'étude observent un décrochage entre la courbe d'évolution du chiffre d'affaires du secteur et celui du chiffre d'affaires par habitant depuis la fin des années 1990.

"Jusque-là, les ménages consommaient sans cesse plus. Ensuite, leur consommation s'est mise à stagner", commente Benjamin Wayens. "Depuis lors, et singulièrement durant la dernière décennie, la croissance du commerce de détail ne s'est maintenue essentiellement que par effet de la démographie.

Plus le temps avance, plus le commerce de biens occupe de la place. En 1961, les surfaces nettes de vente de détail représentaient 5,2 millions de m2 . En 2018, elles ont atteint¿ 18,8 millions de m2. Une évolution qui s'explique par l'essor de la grande distribution et des chaînes de (grands) magasins. Quant au chiffre d'affaires, il a été multiplié par 2,8 en euro constant entre 1961 et 2018, soit une croissance annuelle moyenne de 1,8%. Mais les auteurs de l'étude observent un décrochage entre la courbe d'évolution du chiffre d'affaires du secteur et celui du chiffre d'affaires par habitant depuis la fin des années 1990. "Jusque-là, les ménages consommaient sans cesse plus. Ensuite, leur consommation s'est mise à stagner", commente Benjamin Wayens. "Depuis lors, et singulièrement durant la dernière décennie, la croissance du commerce de détail ne s'est maintenue essentiellement que par effet de la démographie.