Le diesel rouge est meilleur marché car il n'est pas soumis aux accises, mais il est uniquement destiné aux tracteurs et machines agricoles. Les conducteurs de voitures ou de poids lourds ne peuvent pas en consommer. La douane effectue des contrôles et, chaque année, des centaines d'infractions sont constatées.

En 2020, l'année du coronavirus, le nombre de contrôles avait été revu à la baisse en raison de la diminution du trafic routier liée aux confinements et au télétravail. Le nombre d'infractions était donc tombé à 838. Les plus de 1.800 fraudes détectées l'an passé constituent donc une nette hausse, même par rapport aux années avant la crise du coronavirus, lorsqu'entre 1.000 et 1.200 conducteurs étaient repérés annuellement.

Le SPF Finances précise que l'an dernier les services de douane ont intégré dans leur base de données les précédentes infractions de manière à pouvoir exclure de la circulation les probables récidivistes. "Et cela a payé", indique-t-on. Par ailleurs, les prix élevés du diesel normal à la pompe ont probablement incité les gens à frauder.

Le montant des amendes dépend du nombre de litres dans le réservoir: jusqu'à 100 litres, les contrevenants s'en tireront avec 500 euros. Entre 100 et 300 litres, l'addition grimpe à 750 euros, et à 1.250 euros au-delà de 300 litres. En cas de récidive, l'ardoise peut aller jusqu'à 5.000 euros.

Le diesel rouge est meilleur marché car il n'est pas soumis aux accises, mais il est uniquement destiné aux tracteurs et machines agricoles. Les conducteurs de voitures ou de poids lourds ne peuvent pas en consommer. La douane effectue des contrôles et, chaque année, des centaines d'infractions sont constatées. En 2020, l'année du coronavirus, le nombre de contrôles avait été revu à la baisse en raison de la diminution du trafic routier liée aux confinements et au télétravail. Le nombre d'infractions était donc tombé à 838. Les plus de 1.800 fraudes détectées l'an passé constituent donc une nette hausse, même par rapport aux années avant la crise du coronavirus, lorsqu'entre 1.000 et 1.200 conducteurs étaient repérés annuellement. Le SPF Finances précise que l'an dernier les services de douane ont intégré dans leur base de données les précédentes infractions de manière à pouvoir exclure de la circulation les probables récidivistes. "Et cela a payé", indique-t-on. Par ailleurs, les prix élevés du diesel normal à la pompe ont probablement incité les gens à frauder.Le montant des amendes dépend du nombre de litres dans le réservoir: jusqu'à 100 litres, les contrevenants s'en tireront avec 500 euros. Entre 100 et 300 litres, l'addition grimpe à 750 euros, et à 1.250 euros au-delà de 300 litres. En cas de récidive, l'ardoise peut aller jusqu'à 5.000 euros.