Au début du mois, une rencontre avait pourtant eu lieu entre le ministre de l'Emploi Pierre-Yves Dermagne et une délégation de la FGTB Titres-services, au cours de laquelle des travailleuses avaient remis au ministre socialiste le "livre noir des aide-ménagères".

Des témoignages y dénonçaient des "situations intolérables vécues sur le terrain tout au long de cette crise", pointant entre autres des clients et leurs enfants régulièrement présents dans l'habitation lors de la prestation, un cadre pas suffisamment strict pour assurer la protection des travailleuses, le manque de reconnaissance du monde politique envers le secteur, le manque de matériel mis à leur disposition par les employeurs pour respecter les mesures sanitaires, etc.

"Comme si la coupe n'était pas encore suffisamment pleine, le renforcement des mesures décidé ce mercredi 24 mars, et ce nouveau confinement, va encore aggraver la situation des aide-ménagères dans les semaines à venir", dénonce la FGTB. La fermeture des écoles et l'annulation des camps de vacances fera vraisemblablement augmenter le nombre de personnes présentes dans les foyers et donc le risque potentiel d'infection pour les aide-ménagères.

"Après deux confinements, il est inacceptable que le politique n'ait pas envisagé de mesures pour ces travailleuses soudainement propulsées dans un métier essentiel", estime Sébastien Dupanloup, secrétaire fédéral de la FGTB Titres-services.

Au début du mois, une rencontre avait pourtant eu lieu entre le ministre de l'Emploi Pierre-Yves Dermagne et une délégation de la FGTB Titres-services, au cours de laquelle des travailleuses avaient remis au ministre socialiste le "livre noir des aide-ménagères". Des témoignages y dénonçaient des "situations intolérables vécues sur le terrain tout au long de cette crise", pointant entre autres des clients et leurs enfants régulièrement présents dans l'habitation lors de la prestation, un cadre pas suffisamment strict pour assurer la protection des travailleuses, le manque de reconnaissance du monde politique envers le secteur, le manque de matériel mis à leur disposition par les employeurs pour respecter les mesures sanitaires, etc. "Comme si la coupe n'était pas encore suffisamment pleine, le renforcement des mesures décidé ce mercredi 24 mars, et ce nouveau confinement, va encore aggraver la situation des aide-ménagères dans les semaines à venir", dénonce la FGTB. La fermeture des écoles et l'annulation des camps de vacances fera vraisemblablement augmenter le nombre de personnes présentes dans les foyers et donc le risque potentiel d'infection pour les aide-ménagères. "Après deux confinements, il est inacceptable que le politique n'ait pas envisagé de mesures pour ces travailleuses soudainement propulsées dans un métier essentiel", estime Sébastien Dupanloup, secrétaire fédéral de la FGTB Titres-services.