Des années durant, Dirk De Munter a vendu des batteries pour le compte du groupe Varta et passé ses loisirs à retaper des bateaux en bois produits par le constructeur italien Riva. N'ayant, à 20 ans, pas les moyens d'acheter neuf ce qui était à l'époque considéré comme " la Rolls Royce des mers ", il avait acquis une épave qu'il a...

Des années durant, Dirk De Munter a vendu des batteries pour le compte du groupe Varta et passé ses loisirs à retaper des bateaux en bois produits par le constructeur italien Riva. N'ayant, à 20 ans, pas les moyens d'acheter neuf ce qui était à l'époque considéré comme " la Rolls Royce des mers ", il avait acquis une épave qu'il avait patiemment restaurée. Il était pris au jeu. Plus tard, lui est venue l'idée de joindre l'utile à l'agréable et de transformer son hobby en gagne-pain en imaginant des bateaux électriques, avec pour modèle Elon Musk, le fondateur de Tesla. Si la voiture électrique démarre sur terre, explique Dirk De Munter, il n'y a aucune raison qu'il n'en aille pas de même sur mer, d'autant que des pays comme la Suède, la Suisse ou l'Allemagne s'efforcent déjà d'interdire leurs lacs et rivières aux bateaux mûs par des combustibles fossiles. Un premier prototype est prêt. Il devrait traverser la Manche d'ici l'été prochain à une vitesse proche des 100 km/h. Compte tenu du poids des batteries, ce prototype a été construit en matériaux composites ultralégers afin de lui conférer une autonomie de l'ordre de la journée. Liso Yachts espère pouvoir produire à Lovendegem (Flandre-Orientale) une vingtaine d'exemplaires par an de ces bateaux imaginés, au départ, pour une clientèle de luxe avec le concours de KBC Start It. Premier accélérateur d'entreprises du pays, KBC Start It a accueilli, fin du mois dernier, 41 nouvelles start-up, ce qui porte à 550 le total de starters soutenus par ce fonds qui travaille avec divers partenaires, parmi lesquels Accenture, De Cronos Group, Flanders DC, Telenet, IMEC, etc. Par Guillaume Capron.