Ce sont surtout les mesures que la Russie adopterait en cas de telles sanctions européennes qui inquiètent le secteur fruitier. Un quart des fruits produits en Belgique -principalement des poires mais aussi des pommes et des fraises- est aujourd'hui exporté vers la Russie, ce qui représente 160 millions d'euros et ce qui en fait le principal acheteur de fruits belges.

"En ce moment, de 60 à 70% des poires limbourgeoises sont exportées en Russie", explique David Bamps, de la société D&G Fruit de Saint-Trond. "Les dommages seraient incalculables si la Russie fermait ses frontières à nos fruits."

Ce sont surtout les mesures que la Russie adopterait en cas de telles sanctions européennes qui inquiètent le secteur fruitier. Un quart des fruits produits en Belgique -principalement des poires mais aussi des pommes et des fraises- est aujourd'hui exporté vers la Russie, ce qui représente 160 millions d'euros et ce qui en fait le principal acheteur de fruits belges."En ce moment, de 60 à 70% des poires limbourgeoises sont exportées en Russie", explique David Bamps, de la société D&G Fruit de Saint-Trond. "Les dommages seraient incalculables si la Russie fermait ses frontières à nos fruits."