Durant le premier confinement, les entreprises qui ont dû fermer leurs portes ont bénéficié de la part des autorités d'un report des paiements pour neuf mois. Concrètement, les entreprises concernées n'ont dû payer que les intérêts aux banques.

Alors que ce report arrive à son terme, les entreprises de l'évènementiel, qui sont toujours fermées, sont contraintes de négocier individuellement avec les banques. Et selon Sound of Silence, pour une grande majorité de ces entreprises, il s'agit d'une expérience "très désagréable et difficile". L'organisation signale des garanties élevées, des refus de crédit et des refus de prolonger le report.

Selon Sound of Silence, les mesures de soutien des autorités doivent désormais être utilisées pour rembourser les banques. "Cela ne doit pas être le but", estime l'organisation. "Les entreprises concernées sont solidaires avec la société depuis des mois et cette solidarité se prolongera encore longtemps. Pourquoi le secteur bancaire ne montre pas la même solidarité envers la société ? La crise bancaire de 2008 n'est pas si loin de nous", souligne Sound of Silence. "Et après la crise du coronavirus ? Les banques se montreront constructives. Où resteront-elles avec leur arbitraire ? ".

Durant le premier confinement, les entreprises qui ont dû fermer leurs portes ont bénéficié de la part des autorités d'un report des paiements pour neuf mois. Concrètement, les entreprises concernées n'ont dû payer que les intérêts aux banques. Alors que ce report arrive à son terme, les entreprises de l'évènementiel, qui sont toujours fermées, sont contraintes de négocier individuellement avec les banques. Et selon Sound of Silence, pour une grande majorité de ces entreprises, il s'agit d'une expérience "très désagréable et difficile". L'organisation signale des garanties élevées, des refus de crédit et des refus de prolonger le report. Selon Sound of Silence, les mesures de soutien des autorités doivent désormais être utilisées pour rembourser les banques. "Cela ne doit pas être le but", estime l'organisation. "Les entreprises concernées sont solidaires avec la société depuis des mois et cette solidarité se prolongera encore longtemps. Pourquoi le secteur bancaire ne montre pas la même solidarité envers la société ? La crise bancaire de 2008 n'est pas si loin de nous", souligne Sound of Silence. "Et après la crise du coronavirus ? Les banques se montreront constructives. Où resteront-elles avec leur arbitraire ? ".