"Brussels Airlines a subi des pertes importantes en raison des restrictions de voyage que la Belgique et d'autres gouvernements ont dû imposer pour empêcher la propagation du virus. Avec ce paquet de soutien, la Belgique fournira au groupe SN, auquel appartient Brussels Airlines, les liquidités dont il a un besoin urgent pour faire face aux conséquences de la crise actuelle", a indiqué la vice-présidente de la Commission et commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager.

Le plan de sauvetage a été approuvé dans le cadre des aides d'État temporaires, qui donnent aux États membres davantage de marge pour soutenir leurs économies face à la crise. Selon la Commission, l'État belge est suffisamment indemnisé pour le risque supporté par le contribuable. Il existe également des conditions liées à cette aide afin de limiter les distorsions de concurrence.

Le gouvernement fédéral et la société mère allemande Lufthansa avaient conclu un accord en juillet sur un programme de soutien d'un montant total de 460 millions d'euros pour Brussels Airlines. La compagnie est confrontée à d'importantes pertes d'exploitation et à un manque de liquidités en raison de la crise du coronavirus. En plus des 290 millions d'euros de la Belgique, Lufthansa, qui compte elle-même sur les aides de l'État allemand, injecte également 170 millions d'euros dans sa filiale.

De Croo: " On ne soulignera jamais assez le poids économique de Brussels Airport"

"L'approbation de la Commission européenne était l'un des derniers obstacles avant que Brussels Airlines puisse reprendre son envol. C'est une nouvelle importante pour les collaborateurs de Brussels Airlines et les milliers de familles comptant un travailleur dans ou autour de notre aéroport national. On ne soulignera jamais assez le poids économique de Brussels Airport, qui est le deuxième plus grand pôle économique de notre pays et un moteur de prospérité", a réagi Alexander De Croo dans un communiqué.

"Brussels Airlines a subi des pertes importantes en raison des restrictions de voyage que la Belgique et d'autres gouvernements ont dû imposer pour empêcher la propagation du virus. Avec ce paquet de soutien, la Belgique fournira au groupe SN, auquel appartient Brussels Airlines, les liquidités dont il a un besoin urgent pour faire face aux conséquences de la crise actuelle", a indiqué la vice-présidente de la Commission et commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager. Le plan de sauvetage a été approuvé dans le cadre des aides d'État temporaires, qui donnent aux États membres davantage de marge pour soutenir leurs économies face à la crise. Selon la Commission, l'État belge est suffisamment indemnisé pour le risque supporté par le contribuable. Il existe également des conditions liées à cette aide afin de limiter les distorsions de concurrence. Le gouvernement fédéral et la société mère allemande Lufthansa avaient conclu un accord en juillet sur un programme de soutien d'un montant total de 460 millions d'euros pour Brussels Airlines. La compagnie est confrontée à d'importantes pertes d'exploitation et à un manque de liquidités en raison de la crise du coronavirus. En plus des 290 millions d'euros de la Belgique, Lufthansa, qui compte elle-même sur les aides de l'État allemand, injecte également 170 millions d'euros dans sa filiale.