Les zones franches permettent aux entreprises de bénéficier d'un rabais de 25 % sur le précompte professionnel pour tout nouvel emploi créé. Le rabais sera accordé pendant deux ans à la condition que l'emploi soit maintenu pendant au moins trois ans (PME) ou cinq ans (grandes entreprises).
...

Les zones franches permettent aux entreprises de bénéficier d'un rabais de 25 % sur le précompte professionnel pour tout nouvel emploi créé. Le rabais sera accordé pendant deux ans à la condition que l'emploi soit maintenu pendant au moins trois ans (PME) ou cinq ans (grandes entreprises). Cette disposition provient du pacte de compétitivité et de relance, conclu sous Di Rupo. Elle vise à accorder une bouée d'oxygène aux territoires touchés par des licenciements collectifs. Avec un beau compromis à la belge : les Régions, compétentes en matière d'économie, déterminent les zones concernées, tandis que le fédéral accorde la dispense de précompte. Cela implique donc une coopération entre les niveaux de pouvoir et personne ne sera surpris d'apprendre que cette coopération avance de manière beaucoup plus fluide avec la Flandre. Deux zones franches flamandes ont été reconnues en mai 2015 à Genk et Turnhout. La Wallonie et le fédéral n'ont conclu un accord de coopération qu'en novembre 2015. Deux mois plus tard, le gouvernement régional envoyait sa proposition de quatre zones de 40 km autour des sites Doosan, Caterpillar, Saint-Gobain et Arcelor-Mittal. Il a fallu plus d'un an pour que le fédéral l'accepte... La Wallonie a déjà connu le régime des zones franches dans le cadre du Plan Marshall. Les entreprises bénéficiaient d'une majoration des primes à l'investissement dans 70 zones. Le régime a été supprimé en 2015, à la suite d'un audit qui concluait que les zones franches ne dopaient guère les investissements et constituaient " un effet d'aubaine ". Bruxelles a aussi délimité une zone de développement privilégiée, à savoir les quartiers paupérisés de la zone du canal. Les entreprises y bénéficieront d'un dispositif permanent (la zone franche est, elle, temporaire) d'aide à l'investissement et à l'embauche.