Depuis lors, treize autres opérateurs internationaux et nationaux, mais d'une moindre envergure que Telenet, VOO ou Orange, utilisent également le réseau de fibre optique ouvert de Proximus. Ils proposent entre autres leurs services à des (toutes) petites et moyennes entreprises. A l'exception de la société Destiny, leur identité reste cependant confidentielle.

Ces démarches s'inscrivent dans le cadre du projet "La Fibre en Belgique" de Proximus, un investissement de 3 milliards d'euros d'ici la fin des années 2020 pour accélérer le déploiement du réseau de fibre optique, rappelle l'opérateur historique.

Cette technologie permet des vitesses de téléchargement ultrarapides et de réaction "sans précédent". Elles pourraient atteindre plus de 40 gigabits par seconde à long terme.

"Vingt ans après sa libéralisation, le marché des télécoms belge est ouvert à des opérateurs établis et alternatifs ainsi qu'à des nouveaux acteurs", soutient Proximus, qui dit stimuler la concurrence sur le marché de la large bande par l'ouverture de son réseau de fibre optique.