Une telle vente de succursales à des franchisés peut étonner. Hema a en effet eu un conflit aigu avec les franchisés lorsque l'enseigne était dans les mains des propriétaires précédents. Le Britannique Lion Capital considérait ainsi les entrepreneurs indépendants comme une pierre d'achoppement dans le processus de vente.

Selon les sources citées par le journal économique néerlandais, Marcel Boekhoorn souhaite commencer la vente des magasins en propre de la marque dès que la reprise aura été formellement clôturée. Ce qui devrait probablement être le cas en janvier prochain. Des 545 succursales aux Pays-Bas, 261 appartiennent déjà à une centaine de franchisés.

Le nouveau propriétaire de Hema dispose par ailleurs d'un second plan pour faire rentrer de l'argent dans les caisses. Il veut se défaire du groupe de boulangeries qu'il détient. Environ 350 personnes travaillent dans ces 7 usines, qui produisent notamment les célèbres tompouces, variété néerlandaise du mille-feuille.

Une telle vente de succursales à des franchisés peut étonner. Hema a en effet eu un conflit aigu avec les franchisés lorsque l'enseigne était dans les mains des propriétaires précédents. Le Britannique Lion Capital considérait ainsi les entrepreneurs indépendants comme une pierre d'achoppement dans le processus de vente. Selon les sources citées par le journal économique néerlandais, Marcel Boekhoorn souhaite commencer la vente des magasins en propre de la marque dès que la reprise aura été formellement clôturée. Ce qui devrait probablement être le cas en janvier prochain. Des 545 succursales aux Pays-Bas, 261 appartiennent déjà à une centaine de franchisés. Le nouveau propriétaire de Hema dispose par ailleurs d'un second plan pour faire rentrer de l'argent dans les caisses. Il veut se défaire du groupe de boulangeries qu'il détient. Environ 350 personnes travaillent dans ces 7 usines, qui produisent notamment les célèbres tompouces, variété néerlandaise du mille-feuille.