Selon l'agence Bloomberg, le groupe informatique Oracle, dont le président Larry Ellison a levé des millions de dollars de fonds pour la campagne de Donald Trump, serait désormais sur les rangs pour acheter les activités de TikTok aux États-Unis, au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Le groupe américain, contacté mardi par l'AFP, a refusé de commenter cette information. Répondant à des questions après un discours mardi dans l'Arizona, M. Trump a déclaré: "Je pense qu'Oracle est une excellente entreprise, et je pense que son propriétaire est un type formidable. C'est une personne formidable. Je pense qu'Oracle serait certainement capable de gérer ça".

Interrogé sur sa préférence pour le rachat de TikTok, le président a seulement déclaré que l'acheteur éventuel devra "s'assurer que les États-Unis recevront une bonne compensation".

L'administration Trump a donné 90 jours au propriétaire chinois de TikTok, ByteDance, pour vendre rapidement les opérations américaines du réseau, sous peine de le bloquer aux États-Unis, arguant de problèmes de sécurité nationale.

Le locataire de la Maison-Blanche avait déjà pris il y a 10 jours des mesures radicales à l'encontre de Tiktok très fréquenté par les plus jeunes, lui interdisant, d'ici à 45 jours, toute transaction avec un partenaire américain.

Le président américain accuse depuis des mois, sans preuve, la plateforme chinoise de siphonner les données des utilisateurs américains au profit de Pékin.

TikTok a renforcé sa campagne de communication lundi avec un nouveau site web et un compte Twitter dédiés à combattre les "rumeurs" à son sujet.

"TikTok n'est pas disponible en Chine. Les données des utilisateurs américains sont stockées en Virginie avec une sauvegarde à Singapour", assure la société. "TikTok n'a jamais fourni aucune donnée américaine au gouvernement chinois, et ne le ferait pas si on le lui demandait", peut-on y lire.

Selon l'agence Bloomberg, le groupe informatique Oracle, dont le président Larry Ellison a levé des millions de dollars de fonds pour la campagne de Donald Trump, serait désormais sur les rangs pour acheter les activités de TikTok aux États-Unis, au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Le groupe américain, contacté mardi par l'AFP, a refusé de commenter cette information. Répondant à des questions après un discours mardi dans l'Arizona, M. Trump a déclaré: "Je pense qu'Oracle est une excellente entreprise, et je pense que son propriétaire est un type formidable. C'est une personne formidable. Je pense qu'Oracle serait certainement capable de gérer ça". Interrogé sur sa préférence pour le rachat de TikTok, le président a seulement déclaré que l'acheteur éventuel devra "s'assurer que les États-Unis recevront une bonne compensation".L'administration Trump a donné 90 jours au propriétaire chinois de TikTok, ByteDance, pour vendre rapidement les opérations américaines du réseau, sous peine de le bloquer aux États-Unis, arguant de problèmes de sécurité nationale. Le locataire de la Maison-Blanche avait déjà pris il y a 10 jours des mesures radicales à l'encontre de Tiktok très fréquenté par les plus jeunes, lui interdisant, d'ici à 45 jours, toute transaction avec un partenaire américain. Le président américain accuse depuis des mois, sans preuve, la plateforme chinoise de siphonner les données des utilisateurs américains au profit de Pékin. TikTok a renforcé sa campagne de communication lundi avec un nouveau site web et un compte Twitter dédiés à combattre les "rumeurs" à son sujet. "TikTok n'est pas disponible en Chine. Les données des utilisateurs américains sont stockées en Virginie avec une sauvegarde à Singapour", assure la société. "TikTok n'a jamais fourni aucune donnée américaine au gouvernement chinois, et ne le ferait pas si on le lui demandait", peut-on y lire.