Ce total ne semble toutefois pas suffisant pour combler le manque de main-d'oeuvre, a indiqué le directeur de la CEPA Guy Vankrunkelsven à la Gazet van Antwerpen. "Si cela ne tenait qu'à nous, nous passerions dès l'an prochains à 500 voire 600 nouveaux travailleurs dans le port."

"C'est encore très compliqué de trouver les bons profils à tous les échelons possibles", a commenté de son côté Walter Van Mechelen, président de l'organisation patronale Alfaport/VOKA. "Ce n'est certainement pas exagéré de dire que dans le 'grand port', il y a en permanence, à tous les niveaux, un millier de postes qui ne sont pas ou difficilement comblés."

Ce total ne semble toutefois pas suffisant pour combler le manque de main-d'oeuvre, a indiqué le directeur de la CEPA Guy Vankrunkelsven à la Gazet van Antwerpen. "Si cela ne tenait qu'à nous, nous passerions dès l'an prochains à 500 voire 600 nouveaux travailleurs dans le port.""C'est encore très compliqué de trouver les bons profils à tous les échelons possibles", a commenté de son côté Walter Van Mechelen, président de l'organisation patronale Alfaport/VOKA. "Ce n'est certainement pas exagéré de dire que dans le 'grand port', il y a en permanence, à tous les niveaux, un millier de postes qui ne sont pas ou difficilement comblés."