Ardent défenseur de ce plan initié en 2006, le patron des patrons wallons rappelle qu'il a permis à 700 entreprises d'y prendre part "créant ainsi 40% de la valeur ajoutée wallonne ainsi qu'une croissance pour ces entreprises de 20% par rapport à l'industrie". Quelque 10.000 emplois ont aussi été créés en 10 ans au sein de ces pôles de compétitivité qui rassemblent entreprises, PME, universités et centres de recherche.

Yves Petre, également administrateur délégué de Safran Aero Boosters (Herstal), souhaite que les entreprises, pour être compétitives, puissent compter sur des travailleurs plus flexibles "pour adapter la façon de travailler dans le monde de demain". "Cela doit se discuter au sein des entreprises", estime-t-il.

Il considère également qu'il faut concentrer plus d'efforts sur l'enseignement et particulièrement dans la formation en alternance. Il estime que le pacte d'excellence est une excellente réponse de la Fédération Wallonie-Bruxelles mais qu'il met trop de temps à se mettre en place alors que les sciences ou le numérique ne séduisent pas assez.

A l'heure de la digitalisation, M. Petre prône également pour une diminution des charges salariales des bas salaires "afin que les métiers à moyenne ou faible qualification puissent perdurer". Il préconise ainsi un système similaire à celui des titres-services, malgré son coût, afin de mettre en place des aides à la personne âgée. "Sans système mis en place par nos politiques, le dumping social dans ce secteur, qui émergera un jour ou l'autre, deviendra une réalité", prévient-il.