Le front commun SETCa/BBTK, CNE et CGSLB/ACLVB avait menacé, durant le week-end, de procéder à des arrêts de travail avant une rencontre cruciale avec la direction. Le front commun reproche à la direction d'AG Insurance de "bafouer la concertation sociale" après l'adoption par l'entreprise d'assurances d'une série de conventions collectives de travail (CCT) avec le seul syndicat chrétien flamand LBC.

Ces conventions visent notamment à harmoniser les systèmes d'avantages extra-légaux au sein de l'entreprise (assurances groupes, hospitalisation, etc.) et à introduire un nouveau système d'horaires flottants. "Si l'employeur annule sa signature, alors le travail reprendra", explique Mme Van Goel. "Ensuite, la concertation sociale pourra se poursuivre comme il se doit. Nous ne pouvons accepter le contenu de ces accords." Environ 4.000 personnes travaillent chez AG Insurance.

Le front commun SETCa/BBTK, CNE et CGSLB/ACLVB avait menacé, durant le week-end, de procéder à des arrêts de travail avant une rencontre cruciale avec la direction. Le front commun reproche à la direction d'AG Insurance de "bafouer la concertation sociale" après l'adoption par l'entreprise d'assurances d'une série de conventions collectives de travail (CCT) avec le seul syndicat chrétien flamand LBC. Ces conventions visent notamment à harmoniser les systèmes d'avantages extra-légaux au sein de l'entreprise (assurances groupes, hospitalisation, etc.) et à introduire un nouveau système d'horaires flottants. "Si l'employeur annule sa signature, alors le travail reprendra", explique Mme Van Goel. "Ensuite, la concertation sociale pourra se poursuivre comme il se doit. Nous ne pouvons accepter le contenu de ces accords." Environ 4.000 personnes travaillent chez AG Insurance.