M. McDermott, 58 ans, restera dans l'entreprise jusqu'à la fin de l'année au poste de "conseiller", assurant ainsi une "transition en douceur", selon SAP.

Le groupe de Walldorf va connaître un changement de génération à sa tête, puisque M. McDermott va être remplacé par un duo formé par l'Allemand Christian Klein, 39 ans, et l'Américaine Jennifer Morgan, 48 ans. Celle-ci deviendra la première femme à co-diriger une entreprise du Dax, l'indice des 30 valeurs vedettes à la Bourse de Francfort.

Le contrat de Bill McDermott durait jusqu'à 2021 et il n'a pas souhaité le prolonger. "Le moment est venu d'ouvrir un nouveau chapitre" pour l'entreprise, a-t-il tweeté.

"Dix ans en tant que PDG, c'est long", a-t-il ajouté dans une déclaration, citée par des médias allemands. "Je passe la main à un moment où SAP est au maximum de ses capacités", a ajouté celui qui portait en permanence des lunettes fumées à la suite d'un accident domestique.

"Sans Bill McDermott, SAP ne serait pas l'entreprise qu'elle est aujourd'hui", a déclaré le président du conseil de surveillance de SAP, Hasso Plattner, saluant notamment les avancées du groupe ces dernières années dans le domaine du "cloud".

Bill McDermott avait rejoint le géant du logiciel en 2002, et en est devenu PDG début 2010, en duo, puis seul à compter de 2014.

Christian Klein a jusqu'à présent dirigé d'importantes lignes de produits de SAP dans les bases de données. Jennifer Morgan, entrée chez SAP en 2004, supervisait à ce jour les activités dans le "cloud" (informatique à distance).

M. McDermott va quitter un groupe en excellente santé: le chiffre d'affaires a augmenté de 13% au 3e trimestre par rapport à 2018, pour atteindre 6,8 milliards d'euros, et son bénéfice net a atteint 1,26 milliard d'euros (+30%).

Des observateurs critiquaient cependant la rareté et la complexité des nouveaux produits ces dernières années.