Le nombre d'immatriculations de voitures particulières neuves affiche une progression de 3,1% sur un an, à 933.987 unités, a annoncé l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA) dans un communiqué.

Après s'être effondré de 55,1% en mars puis de 76,3% en avril sous l'effet du confinement des populations et de la fermeture des commerces automobiles, le marché européen se remet difficilement des conséquences de la pandémie de Covid-19.

Le mois de septembre est le premier mois à la hausse depuis le début de la crise, profitant des mesures de relance gouvernementales adoptées dans plusieurs grands pays européens, de manière contrastée.

L'Italie (+9,5%) et l'Allemagne (+8,4%) rebondissent tandis que la France (-3%) et l'Espagne (-13,5%) restent en baisse.

Les 5e et 6e marchés de l'Union, la Pologne (+8%) et la Belgique (+1%), repartent également à la hausse.

Sur les neuf premiers mois de l'année, seulement 7,06 millions de voitures particulières neuves ont été mises sur les routes de l'Union européenne, soit près de 2,7 millions de moins qu'en 2019 sur la même période (-28,8%).

L'ACEA table sur un recul historique de 25% des livraisons sur l'ensemble de l'année.

Avant la pandémie, en janvier, l'organisation, qui regroupe 16 constructeurs actifs en Europe, prévoyait un recul de 2% après six années consécutives de croissance qui avaient porté le marché tout près de ses plus hauts niveaux.

Au palmarès des constructeurs, le groupe allemand Volkswagen (avec Skoda, Audi, Seat et Porsche), toujours incontestable numéro un européen, a vu ses livraisons augmenter de 9% en septembre, tiré par les bonnes ventes de Skoda, Audi et Seat. Sur neuf mois, sa part de marché a encore progressé de 0,7 point, à 25,7%.

Il devance nettement son dauphin PSA (Peugeot, Citroën, Opel/Vauxhall, DS) dont la part de marché à chuté de 1,7 point, à 15,3%, depuis le début de l'année. Le groupe Renault (avec Dacia, Lada et Alpine) complète le podium européen avec 11,5% (-0,3 point), devant les groupes Hyundai (7,2%, +0,5 point) et BMW (7%, +0,6 point).

Parmi les deux groupes français, Renault sort son épingle du jeu en termes d'immatriculations (+9,7%) grâce aux ventes de Dacia (+35,4%), tandis que PSA est en baisse de 11,8%, avec un fort recul d'Opel/Vauxhall.

Le nombre d'immatriculations de voitures particulières neuves affiche une progression de 3,1% sur un an, à 933.987 unités, a annoncé l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA) dans un communiqué.Après s'être effondré de 55,1% en mars puis de 76,3% en avril sous l'effet du confinement des populations et de la fermeture des commerces automobiles, le marché européen se remet difficilement des conséquences de la pandémie de Covid-19.Le mois de septembre est le premier mois à la hausse depuis le début de la crise, profitant des mesures de relance gouvernementales adoptées dans plusieurs grands pays européens, de manière contrastée.L'Italie (+9,5%) et l'Allemagne (+8,4%) rebondissent tandis que la France (-3%) et l'Espagne (-13,5%) restent en baisse. Les 5e et 6e marchés de l'Union, la Pologne (+8%) et la Belgique (+1%), repartent également à la hausse.Sur les neuf premiers mois de l'année, seulement 7,06 millions de voitures particulières neuves ont été mises sur les routes de l'Union européenne, soit près de 2,7 millions de moins qu'en 2019 sur la même période (-28,8%).L'ACEA table sur un recul historique de 25% des livraisons sur l'ensemble de l'année. Avant la pandémie, en janvier, l'organisation, qui regroupe 16 constructeurs actifs en Europe, prévoyait un recul de 2% après six années consécutives de croissance qui avaient porté le marché tout près de ses plus hauts niveaux.Au palmarès des constructeurs, le groupe allemand Volkswagen (avec Skoda, Audi, Seat et Porsche), toujours incontestable numéro un européen, a vu ses livraisons augmenter de 9% en septembre, tiré par les bonnes ventes de Skoda, Audi et Seat. Sur neuf mois, sa part de marché a encore progressé de 0,7 point, à 25,7%. Il devance nettement son dauphin PSA (Peugeot, Citroën, Opel/Vauxhall, DS) dont la part de marché à chuté de 1,7 point, à 15,3%, depuis le début de l'année. Le groupe Renault (avec Dacia, Lada et Alpine) complète le podium européen avec 11,5% (-0,3 point), devant les groupes Hyundai (7,2%, +0,5 point) et BMW (7%, +0,6 point).Parmi les deux groupes français, Renault sort son épingle du jeu en termes d'immatriculations (+9,7%) grâce aux ventes de Dacia (+35,4%), tandis que PSA est en baisse de 11,8%, avec un fort recul d'Opel/Vauxhall.