Dans un marché qui a absorbé 1,06 million d'unités, Volkswagen, en proie au scandale des moteurs truqués, n'a crû que de 0,8%, a précisé l'Association des constructeurs automobiles européens (ACEA).

Le rythme de croissance du marché européen le mois dernier a par ailleurs été inférieur à la progression enregistrée pendant l'année 2015, soit 9,3% pour atteindre 13,7 millions d'unités, mais largement supérieur aux estimations de l'ACEA pour tout 2016 (+2%).

L'Italie et l'Espagne, très durement touchées par la crise de 2008-2013, ont continué à regagner le terrain perdu, croissant respectivement de 17,4% et 12,1% le mois dernier, tandis que les autres grands marchés au sein de l'UE ont progressé plus modérément: +3,9% en France, +3,3% en Allemagne et +2,9% au Royaume-Uni. La Belgique, de son côté, a enregistré une chute de 6,3% de ses immatriculations, à 44.326 véhicules neufs immatriculés, a souligné l'ACEA dans sa livraison mensuelle de statistiques.

Dans un marché qui a absorbé 1,06 million d'unités, Volkswagen, en proie au scandale des moteurs truqués, n'a crû que de 0,8%, a précisé l'Association des constructeurs automobiles européens (ACEA). Le rythme de croissance du marché européen le mois dernier a par ailleurs été inférieur à la progression enregistrée pendant l'année 2015, soit 9,3% pour atteindre 13,7 millions d'unités, mais largement supérieur aux estimations de l'ACEA pour tout 2016 (+2%). L'Italie et l'Espagne, très durement touchées par la crise de 2008-2013, ont continué à regagner le terrain perdu, croissant respectivement de 17,4% et 12,1% le mois dernier, tandis que les autres grands marchés au sein de l'UE ont progressé plus modérément: +3,9% en France, +3,3% en Allemagne et +2,9% au Royaume-Uni. La Belgique, de son côté, a enregistré une chute de 6,3% de ses immatriculations, à 44.326 véhicules neufs immatriculés, a souligné l'ACEA dans sa livraison mensuelle de statistiques.