L'entreprise Fuller's, cotée à la Bourse de Londres, a publié vendredi matin un communiqué qui a pris de court les nombreux amateurs de bière au royaume de Sa Gracieuse Majesté.

"Fuller's annonce un accord avec Asahi pour lui vendre la totalité de son activité de bière pour 250 millions de livres", a expliqué le groupe qui espère boucler la transaction d'ici à la fin juin.

Ces activités comprennent notamment la brasserie Griffin (la brasserie "du griffon"), une vénérable fabrique d'ales typiquement britanniques. Cette brasserie a ouvert en 1654 dans le quartier de Chiswick de l'ouest londonien et brasse aujourd'hui pas moins d'une dizaine de marques de bières, proposant aussi des visites guidées agrémentées de dégustations comparatives.

Sa bière la plus réputée est la "London Pride" (littéralement "Fierté de Londres"), une ale qui affiche un griffon comme porte-étendard en référence à la brasserie plus que tricentenaire.

En matinée, l'action Fuller s'envolait de 15,5%, à 10,50 livres, à la Bourse de Londres.

En cédant la brasserie Griffin, mais aussi la brasserie Dark Star du Sussex (sud-est de l'Angleterre) et le fabricant de cidres Cornish Orchards des Cornouailles (sud-ouest de l'Angleterre), Fuller's cède l'intégralité de ses activités de boisson.

Le groupe va désormais se concentrer exclusivement sur l'exploitation d'hôtels et pubs plutôt haut de gamme. Fuller's a précisé qu'une fois l'acquisition digérée, il allait former une alliance avec Asahi pour garantir la livraison dans ses pubs des bières passées sous l'égide du groupe japonais.

Depuis 2016, le fabricant de la bière blonde Asashi Super Dry a racheté plusieurs grandes marques européennes, comme la tchèque Pilsner Urquell, l'italienne Peroni et la néerlandaise Grolsch. Ces marques étaient détenues auparavant par SABMiller, mais l'entreprise d'origine sud-africaine avait dû s'en débarrasser dans le cadre de sa fusion avec le premier groupe brassicole mondial AB InBev en 2016. C'est également à SABMiller qu'Asahi avait déjà racheté une autre brasserie londonienne, l'artisanale Meantime.

L'entreprise Fuller's, cotée à la Bourse de Londres, a publié vendredi matin un communiqué qui a pris de court les nombreux amateurs de bière au royaume de Sa Gracieuse Majesté. "Fuller's annonce un accord avec Asahi pour lui vendre la totalité de son activité de bière pour 250 millions de livres", a expliqué le groupe qui espère boucler la transaction d'ici à la fin juin. Ces activités comprennent notamment la brasserie Griffin (la brasserie "du griffon"), une vénérable fabrique d'ales typiquement britanniques. Cette brasserie a ouvert en 1654 dans le quartier de Chiswick de l'ouest londonien et brasse aujourd'hui pas moins d'une dizaine de marques de bières, proposant aussi des visites guidées agrémentées de dégustations comparatives. Sa bière la plus réputée est la "London Pride" (littéralement "Fierté de Londres"), une ale qui affiche un griffon comme porte-étendard en référence à la brasserie plus que tricentenaire. En matinée, l'action Fuller s'envolait de 15,5%, à 10,50 livres, à la Bourse de Londres. En cédant la brasserie Griffin, mais aussi la brasserie Dark Star du Sussex (sud-est de l'Angleterre) et le fabricant de cidres Cornish Orchards des Cornouailles (sud-ouest de l'Angleterre), Fuller's cède l'intégralité de ses activités de boisson. Le groupe va désormais se concentrer exclusivement sur l'exploitation d'hôtels et pubs plutôt haut de gamme. Fuller's a précisé qu'une fois l'acquisition digérée, il allait former une alliance avec Asahi pour garantir la livraison dans ses pubs des bières passées sous l'égide du groupe japonais. Depuis 2016, le fabricant de la bière blonde Asashi Super Dry a racheté plusieurs grandes marques européennes, comme la tchèque Pilsner Urquell, l'italienne Peroni et la néerlandaise Grolsch. Ces marques étaient détenues auparavant par SABMiller, mais l'entreprise d'origine sud-africaine avait dû s'en débarrasser dans le cadre de sa fusion avec le premier groupe brassicole mondial AB InBev en 2016. C'est également à SABMiller qu'Asahi avait déjà racheté une autre brasserie londonienne, l'artisanale Meantime.