L'entité alimentaire comprendra la chaîne Metro, Makro ainsi que Real, tandis que l'unité électronique sera composée de Media-Saturn (Saturn, Media Markt). "Actuellement, les deux activités se recoupent peu et les synergies sont très limitées", explique Metro AG dans un communiqué.

Si le projet est approuvé par les actionnaires, l'implémentation de la scission est prévue pour mi-2017. Les deux groupes seront cotés en bourse.

La séparation, dont la perspective réjouissait les investisseurs mercredi, permettrait aux deux entreprises "d'accélérer leur croissance" et d'avoir un "processus de décision plus rapide" pour qu'elles puissent gérer acquisitions et stratégies, selon Metro. L'action Metro prenait 7,45% à 26,40 euros à 09H00 GMT sur l'indice MDax de la Bourse de Francfort.

Concrètement, le groupe envisage de mettre en Bourse une entité comprenant ses supermarchés de gros Metro Cash & Carry et ses supermarchés Real, via un spin-off (scission), une opération réservée aux actionnaires. L'entreprise actuelle ne conserverait dans son giron que les chaînes d'électroniques Media Markt et Saturn, et abandonnerait le nom Metro pour éviter toute confusion, selon le communiqué.

Metro a annoncé que ses trois actionnaires principaux - une holding et deux familles qui détiennent ensemble la majorité du capital - soutiennent d'ores et déjà le projet de scission.

Dans le schéma envisagé, le patron actuel Olaf Koch prendrait la tête du nouveau groupe dédié à la distribution alimentaire, et l'actuel patron de l'entité Media Saturn, Pieter Hass, dirigerait le nouveau groupe d'électronique grand public.

Depuis son arrivée en 2012, Olaf Koch a mené plusieurs chantiers: les supermarchés de gros Metro Cash & Carry restent l'activité numéro un, mais il n'a pas hésité à vendre les magasins qui n'étaient pas rentables. Il s'est aussi séparé des grands magasins Kaufhof (Inno en Belgique) en les cédant au canadien Hudson's Bay. Les supermarchés Real, qu'il conserve pour l'instant dans son giron, restent à la peine. L'activité de ceux-ci en Europe de l'Est a été cédée au français Auchan.

Le groupe, qui emploie 220.000 salariés dans une trentaine de pays, a réalisé l'an dernier (2014/15) un chiffre d'affaires de quelque 60 milliards d'euros, dont la moitié générée par Metro Cash & Carry. Les magasins d'électronique pèsent pour un peu plus de 20 milliards d'euros.

L'entité alimentaire comprendra la chaîne Metro, Makro ainsi que Real, tandis que l'unité électronique sera composée de Media-Saturn (Saturn, Media Markt). "Actuellement, les deux activités se recoupent peu et les synergies sont très limitées", explique Metro AG dans un communiqué. Si le projet est approuvé par les actionnaires, l'implémentation de la scission est prévue pour mi-2017. Les deux groupes seront cotés en bourse. La séparation, dont la perspective réjouissait les investisseurs mercredi, permettrait aux deux entreprises "d'accélérer leur croissance" et d'avoir un "processus de décision plus rapide" pour qu'elles puissent gérer acquisitions et stratégies, selon Metro. L'action Metro prenait 7,45% à 26,40 euros à 09H00 GMT sur l'indice MDax de la Bourse de Francfort. Concrètement, le groupe envisage de mettre en Bourse une entité comprenant ses supermarchés de gros Metro Cash & Carry et ses supermarchés Real, via un spin-off (scission), une opération réservée aux actionnaires. L'entreprise actuelle ne conserverait dans son giron que les chaînes d'électroniques Media Markt et Saturn, et abandonnerait le nom Metro pour éviter toute confusion, selon le communiqué. Metro a annoncé que ses trois actionnaires principaux - une holding et deux familles qui détiennent ensemble la majorité du capital - soutiennent d'ores et déjà le projet de scission. Dans le schéma envisagé, le patron actuel Olaf Koch prendrait la tête du nouveau groupe dédié à la distribution alimentaire, et l'actuel patron de l'entité Media Saturn, Pieter Hass, dirigerait le nouveau groupe d'électronique grand public. Depuis son arrivée en 2012, Olaf Koch a mené plusieurs chantiers: les supermarchés de gros Metro Cash & Carry restent l'activité numéro un, mais il n'a pas hésité à vendre les magasins qui n'étaient pas rentables. Il s'est aussi séparé des grands magasins Kaufhof (Inno en Belgique) en les cédant au canadien Hudson's Bay. Les supermarchés Real, qu'il conserve pour l'instant dans son giron, restent à la peine. L'activité de ceux-ci en Europe de l'Est a été cédée au français Auchan. Le groupe, qui emploie 220.000 salariés dans une trentaine de pays, a réalisé l'an dernier (2014/15) un chiffre d'affaires de quelque 60 milliards d'euros, dont la moitié générée par Metro Cash & Carry. Les magasins d'électronique pèsent pour un peu plus de 20 milliards d'euros.