Cronos a attiré pas moins de 900 nouveaux collaborateurs en 2016 et planifie une poursuite de son développement au cours des prochaines années.

Le groupe de Kontich, qui a clôturé son année comptable le 31 mars 2017, compte aujourd'hui plus de 4.500 collaborateurs. Le chiffre d'affaires est passé à 480 millions. Le bénéfice opérationnel a augmenté de 11% à 35,2 millions et le bénéfice net de 9% à 15,3 millions d'euros. Les chiffres viennent de Cronos même.

Le groupe, qui n'est pas coté en bourse et compte de nombreuses filiales, travaille avec un holding et des sous-holdings spécialisés dans des branches et des technologies spécifiques. Habituellement, les managers prennent une participation dans les sociétés qu'ils dirigent. Il y a aussi des joint-ventures. En conséquence, une partie du bénéfice consolidé du holding revient en réalité à des partenaires. En 2016, il s'agissait de 6,1 millions ou presque 40% du bénéfice net.

Capital-risqueur

L'actionnaire principal est le holding Nuclys, qui pour autant que nous en sachions, est aux mains de Dirk Deroost (57) et Jef de Wit (60), chacun pour environ la moitié.

En fait, Cronos fonctionne comme une société de capital à risque qui finance et soutient les initiatives des managers-entrepreneurs.

Cronos est dès lors un terrain propice à l'innovation informatique en gestion financière, ressources humaines, ERP (système de gestion d'entreprise intégré), CRM (gestion des relations client) et d'autres domaines.

Le groupe se qualifie de leader du marché en solutions e-commerce dans le Benelux et il investit dans de nouvelles applications en matière d'intelligence artificielle, robotique, blockchain, internet des objets, big data, applications mobiles et cloud public.

Plus rentable que Cegeka ou Realdolmen

La Belgique représente environ 80% du chiffre d'affaires. De ce fait, Cronos peut légitimement se targuer de plus important fournisseur informatique indépendant belge sur le marché belge. La société limbourgeoise Cegeka enregistre, selon ses comptes annuels, un chiffre d'affaires inférieur (414 millions) et retire aussi une plus petite partie de son chiffre d'affaires de Belgique (229 millions). Realdolmen, belge par excellence, comptabilise un chiffre d'affaires de 245 millions.

Avec une marge bénéficiaire opérationnelle de 7,34% du chiffre d'affaires, le groupe Cronos est aussi remarquablement plus rentable que Cegeka (6,08%) et Realdolmen (2,07%).

Cronos se développe aussi rapidement à l'international, avec la mise en place de sites locaux au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne, au Portugal, en Allemagne, en Autriche, en Suisse et aux États-Unis.

Plus de 75% du chiffre d'affaires proviennent, selon un communiqué de Cronos, de sociétés privées, 15% de clients du secteur public et 10% sont réalisés en collaboration avec les institutions européennes.

Pour 2017, le groupe Cronos prévoit à nouveau une forte croissance.