Le magazine économique connaît de graves difficultés budgétaires mais ses ventes se sont redressées ces derniers mois, après un plan d'économies et le départ de plusieurs journalistes.

En prenant pied dans la presse, Renault veut ainsi pouvoir proposer aux automobilistes, utilisateurs de voitures connectées et/ou autonomes, des services et des "contenus éditoriaux adaptés".

Ce partenariat n'est pas sans rappeler certains opérateurs de télécoms, comme SFR, qui ont racheté des journaux et incluent dans leurs forfaits l'accès à des titres de presse en version numérique.

Le groupe Challenges publie, outre l'hebdomadaire économique du même nom, quatre magazines mensuels (Sciences et avenir, La recherche, L'Histoire et Historia). Au terme de cette transaction, il sera détenu à 60% par son actionnaire historique et PDG, Claude Perdriel, et à 40% par Renault.

M. Perdriel en restera le PDG.

Le magazine économique connaît de graves difficultés budgétaires mais ses ventes se sont redressées ces derniers mois, après un plan d'économies et le départ de plusieurs journalistes. En prenant pied dans la presse, Renault veut ainsi pouvoir proposer aux automobilistes, utilisateurs de voitures connectées et/ou autonomes, des services et des "contenus éditoriaux adaptés". Ce partenariat n'est pas sans rappeler certains opérateurs de télécoms, comme SFR, qui ont racheté des journaux et incluent dans leurs forfaits l'accès à des titres de presse en version numérique. Le groupe Challenges publie, outre l'hebdomadaire économique du même nom, quatre magazines mensuels (Sciences et avenir, La recherche, L'Histoire et Historia). Au terme de cette transaction, il sera détenu à 60% par son actionnaire historique et PDG, Claude Perdriel, et à 40% par Renault. M. Perdriel en restera le PDG.