"Nous avons été conciliants et avons accepté de laisser passer quelques camions pour que les retours Zalando soient traités, afin de ne pas mettre en péril ce projet qui va générer de l'emploi", précise Michel Mazy, permanent CSC-Transcom Liège-Verviers.

De son côté, bpost assure que ce contrat avec le géant de la vente en ligne "n'a jamais été menacé", indique la porte-parole de l'entreprise. Il a juste été dit aux syndicats que "si le centre d'Awans restait bloqué, il faudrait passer par un autre centre de Liège pour que les retours Zalando soient assurés.

Mais le contrat n'est pas en péril". Il s'agit uniquement d'une question "d'organisation interne", précise bpost.

"Nous avons été conciliants et avons accepté de laisser passer quelques camions pour que les retours Zalando soient traités, afin de ne pas mettre en péril ce projet qui va générer de l'emploi", précise Michel Mazy, permanent CSC-Transcom Liège-Verviers. De son côté, bpost assure que ce contrat avec le géant de la vente en ligne "n'a jamais été menacé", indique la porte-parole de l'entreprise. Il a juste été dit aux syndicats que "si le centre d'Awans restait bloqué, il faudrait passer par un autre centre de Liège pour que les retours Zalando soient assurés. Mais le contrat n'est pas en péril". Il s'agit uniquement d'une question "d'organisation interne", précise bpost.