Les experts en technologie se sont déjà posé des questions lorsqu'il s'est avéré que DevSide a été choisie pour développer l'application belge de coronatracing. L'entreprise est petite et peu connue. Il apparaît désormais que le site de DevSide mentionnait des références clients qui n'avaient pas lieu d'y être. Selon VRT NWS, les logos de Pizza Hut et Belfius ont ainsi disparu.

"Nous n'avons jamais travaillé directement avec DevSide", a fait savoir un porte-parole de Pizza Hut à la chaîne publique flamande. La chaîne de restaurants de pizzas a demandé à DevSide de supprimer son logo de son site.

Personne n'était disponible chez DevSide pour commenter cette information.

Du côté des politiques, le ministre compétent Wouter Beke renvoie vers le responsable informatique Frank Robben, lequel n'approuve pas ce que DevSide a fait mais assure que ce n'est pas sur base de cela qu'on doit juger mais bien sur base de l'offre de fond. "Les offres ont été évaluées par un jury composé de professeurs qualifiés", insiste-t-il. Il n'y avait que deux candidats pour développer l'application, et DevSide était apparemment dix fois moins cher que son concurrent. L'autre candidat, un consortium créé autour du groupe allemand SAP, était également moins flexible. Selon Frank Robben, le développement de l'application, qui devrait être prête en septembre, se déroule bien jusqu'ici.

Les Belges peuvent être certains que l'application sera sûre, estime M. Robben. Le développement est supervisé par les meilleurs scientifiques et une entreprise réputée examinera l'application pour la sécurité. Le code complet de l'application sera rendu public avant le lancement. Aucune donnée ne sera stockée chez DevSide, c'est pris en charge par l'institut Sciensano. Et toutes ces données seront anonymes, souligne encore Frank Robben.

L'application belge corona avertira les utilisateurs s'ils ont été en contact avec une personne infectée. La valeur ajoutée de l'application réside dans le fait qu'un lien sera fait entre des personnes qui ne se connaissent pas. Ce sera le cas, par exemple, de navetteurs assis les uns à côté des autres dans un bus. L'application belge fonctionnera via Bluetooth, et non sur base de données GPS. Le gouvernement ne pourra donc pas savoir où quelqu'un a été infecté.

Les experts en technologie se sont déjà posé des questions lorsqu'il s'est avéré que DevSide a été choisie pour développer l'application belge de coronatracing. L'entreprise est petite et peu connue. Il apparaît désormais que le site de DevSide mentionnait des références clients qui n'avaient pas lieu d'y être. Selon VRT NWS, les logos de Pizza Hut et Belfius ont ainsi disparu. "Nous n'avons jamais travaillé directement avec DevSide", a fait savoir un porte-parole de Pizza Hut à la chaîne publique flamande. La chaîne de restaurants de pizzas a demandé à DevSide de supprimer son logo de son site. Personne n'était disponible chez DevSide pour commenter cette information. Du côté des politiques, le ministre compétent Wouter Beke renvoie vers le responsable informatique Frank Robben, lequel n'approuve pas ce que DevSide a fait mais assure que ce n'est pas sur base de cela qu'on doit juger mais bien sur base de l'offre de fond. "Les offres ont été évaluées par un jury composé de professeurs qualifiés", insiste-t-il. Il n'y avait que deux candidats pour développer l'application, et DevSide était apparemment dix fois moins cher que son concurrent. L'autre candidat, un consortium créé autour du groupe allemand SAP, était également moins flexible. Selon Frank Robben, le développement de l'application, qui devrait être prête en septembre, se déroule bien jusqu'ici.Les Belges peuvent être certains que l'application sera sûre, estime M. Robben. Le développement est supervisé par les meilleurs scientifiques et une entreprise réputée examinera l'application pour la sécurité. Le code complet de l'application sera rendu public avant le lancement. Aucune donnée ne sera stockée chez DevSide, c'est pris en charge par l'institut Sciensano. Et toutes ces données seront anonymes, souligne encore Frank Robben. L'application belge corona avertira les utilisateurs s'ils ont été en contact avec une personne infectée. La valeur ajoutée de l'application réside dans le fait qu'un lien sera fait entre des personnes qui ne se connaissent pas. Ce sera le cas, par exemple, de navetteurs assis les uns à côté des autres dans un bus. L'application belge fonctionnera via Bluetooth, et non sur base de données GPS. Le gouvernement ne pourra donc pas savoir où quelqu'un a été infecté.