Le nombre de personnes en chômage temporaire est passé de 1,2 million au mois d'avril à 400.000 en juillet. "Malgré la tendance positive, certains secteurs et entreprises doivent encore faire face à de nombreux problèmes qui sont liés au coronavirus. La ministre Muylle prolonge le système souple de chômage temporaire en raison du coronavirus pour ces secteurs les plus durement touchés", indique son cabinet dans un communiqué.

Sont concernés par l'arrêté royal les entreprises qui peuvent démontrer un taux de chômage temporaire de 20% sur le nombre total de jours déclarés durant la période avril-juin, ainsi que les secteurs touchés par une décision du Conseil national de Sécurité et qui suite à ça voient leurs activités être limitées.

Les entreprises qui n'entrent pas en ligne de compte pour le régime de chômage temporaire en raison du coronavirus, peuvent appliquer à partir du mois de septembre jusqu'à la fin de l'année, un système de chômage temporaire pour raisons économiques souple.

Dans ce cas, ces sociétés doivent démontrer qu'elles ont encore des raisons économiques pour mettre des travailleurs au chômage temporaire et qu'elles connaissent une baisse du chiffre d'affaires d'au moins 10% par rapport aux mêmes trimestres de l'année précédente.

Le régime de chômage temporaire pour raisons économiques souple sera d'application du 1er septembre au 31 décembre. Après, l'intention est de retourner au régime classique, précise le cabinet.

Le nombre de personnes en chômage temporaire est passé de 1,2 million au mois d'avril à 400.000 en juillet. "Malgré la tendance positive, certains secteurs et entreprises doivent encore faire face à de nombreux problèmes qui sont liés au coronavirus. La ministre Muylle prolonge le système souple de chômage temporaire en raison du coronavirus pour ces secteurs les plus durement touchés", indique son cabinet dans un communiqué. Sont concernés par l'arrêté royal les entreprises qui peuvent démontrer un taux de chômage temporaire de 20% sur le nombre total de jours déclarés durant la période avril-juin, ainsi que les secteurs touchés par une décision du Conseil national de Sécurité et qui suite à ça voient leurs activités être limitées. Les entreprises qui n'entrent pas en ligne de compte pour le régime de chômage temporaire en raison du coronavirus, peuvent appliquer à partir du mois de septembre jusqu'à la fin de l'année, un système de chômage temporaire pour raisons économiques souple. Dans ce cas, ces sociétés doivent démontrer qu'elles ont encore des raisons économiques pour mettre des travailleurs au chômage temporaire et qu'elles connaissent une baisse du chiffre d'affaires d'au moins 10% par rapport aux mêmes trimestres de l'année précédente. Le régime de chômage temporaire pour raisons économiques souple sera d'application du 1er septembre au 31 décembre. Après, l'intention est de retourner au régime classique, précise le cabinet.