Le mandat de Bernard Gustin durera une année, peut-on lire dans le communiqué de l'AEA. Le Belge rejoint les conseils d'administration de l'AEA et représentera l'association au plus haut niveau politique.

Dans le communiqué annonçant sa nomination, Bernard Gustin renvoie aux turbulences auxquelles l'aéronautique sera confrontée cette année. "Nous souhaitons contribuer à la relance économique. Pour y parvenir, on ne peut pas utiliser l'aéronautique comme un terrain de jeu pour la réglementation ou comme vache à lait dans le cadre d'économies". Il fait implicitement référence aux droits d'émission imposés qui provoquent d'importants dégâts au trafic aérien européen. Il faut une approche mondiale à ce sujet, estime-t-il.

Parmi ses autres priorités, Bernard Gustin souhaite contenir les coûts externes et lutter contre l'inefficacité. Les Etats membres doivent à leur tour mettre en oeuvre les promesses concernant l'espace aérien européen commun (Single European Sky).

Trends.be, avec Belga

Le mandat de Bernard Gustin durera une année, peut-on lire dans le communiqué de l'AEA. Le Belge rejoint les conseils d'administration de l'AEA et représentera l'association au plus haut niveau politique. Dans le communiqué annonçant sa nomination, Bernard Gustin renvoie aux turbulences auxquelles l'aéronautique sera confrontée cette année. "Nous souhaitons contribuer à la relance économique. Pour y parvenir, on ne peut pas utiliser l'aéronautique comme un terrain de jeu pour la réglementation ou comme vache à lait dans le cadre d'économies". Il fait implicitement référence aux droits d'émission imposés qui provoquent d'importants dégâts au trafic aérien européen. Il faut une approche mondiale à ce sujet, estime-t-il. Parmi ses autres priorités, Bernard Gustin souhaite contenir les coûts externes et lutter contre l'inefficacité. Les Etats membres doivent à leur tour mettre en oeuvre les promesses concernant l'espace aérien européen commun (Single European Sky). Trends.be, avec Belga